Fermer

Cameroun-Gabon: des écueils à dépasser pour la création d'une bourse régionale

Publié le 03/02/2017 à 17h22 Par Kofi Gabriel

#Economie
BVMAC-DSX
© Copyright : DR

#Gabon : La Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC) et la Douala Stock Exchange comptent fusionner. Cette fusion donnerait au marché une taille plus intéressante au regard des investisseurs étrangers. Il reste toutefois des écueils à surmonter.

Kiosque le360 Afrique. C’est un projet vieux de 6 ans qui vient d’être remis au goût du jour. Et cette fois-ci, tout semble indiquer que les parties prenantes comptent aller jusqu’au bout. Ainsi, selon africamanager.com, «l’affaire semble même très bien engagée puisque la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf) a saisi le cabinet de conseil en stratégie français Roland berger pour plancher sur la fusion des places du Cameroun et du Gabon, la Douala stock exchange (DSX) et la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC)».

Reste que les visions sont loin d’être uniformes au niveau de la région, particulièrement entre le Gabon et le Cameroun. Ces antagonismes sont d'ailleurs à l’origine du retard de concrétisation de ce projet de fusion. «Avec le retard économique accumulé par la sous-région, la question devient plus que jamais cruciale et s’impose comme une préoccupation majeure, mais ni le Cameroun, ni le Gabon ne semblent véritablement prêts à accepter cette option même elle devient quasiment inévitable et d’une urgence capitale pour tous les Etats membres. Ce refus perdure en raison des conflits d’intérêts et de la bataille de leadership que se livrent le Cameroun et le Gabon pour héberger l’unique place boursière de la sous-région», souligne gabonéco.com


LIRE AUSSI :
La BRVM ambitionne d'intégrer le top 3 des bourses africaines


Face à cette situation, deux options sont envisagées. Premièrement, couper la poire en deux en segmentant les activités de la future bourse commune en deux blocs: les actions avec la DSX et les obligations avec la BVMAC. Deuxième possibilité: fusionner les deux marchés avec pour siège Douala alors que le régulateur et le dépositaire centrale auraient Librevillepour base.

En tout cas, la fusion des deux places est jugée bénéfique pour le marché financier régional. En effet, en cas de fusion, «le rendement boursier est estimé à 1.000 milliards de Fcfa d’émissions d’ici 2020», selon le rapport commandé par la Cosumaf.
Le 03/02/2017 Par Kofi Gabriel

à lire aussi