Fermer

Gabon: l'USP compte saisir le parlement pour destituer Ali Bongo

Publié le 09/05/2016 à 17h55 Par Ismail Ben Baba

#Politique
Ali bongo
© Copyright : DR

#Gabon : La nouvelle coalition mise en place par les ex-caciques du régime Bongo tient coûte que coûte à empêcher la candidature du président sortant Ali Bongo pour le scrutin d'août prochain. L'USP entend saisir le Parlement.

Kiosque le360 afrique: C'est une bagarre entre les anciens du régime et le chef d'Etat gabonais, Ali Bongo. L’Union sacrée pour la patrie (USP), une plateforme politique récemment mise en place par des anciens cadres de la formation politique du président, le Parti démocratique gabonais (PDG), a fait part de son intention de poursuivre ses actions pour la destitution d'Ali Bongo devant le parlement.

Selon alibreville.com qui revient sur cette information dans sa publication du 9 mai, la saisine du Parlement constitue l’ultime étape, avant de se retourner vers le peuple souverain.

Le site d'information rappelle qu'il y a deux semaines, l’USP avait donné un ultimatum d’une semaine au chef d'Etat gabonais pour retirer sa candidature à l’élection présidentielle d’août prochain, et au cas où il ne le fairait pas, il aurait donc une semaine de plus pour démissionner de ses fonctions de chef de l’Etat.

Soulignons que l'objectif visé par l’USP, qui regroupe plusieurs partis politiques de l’opposition, des personnalités politiques indépendantes et des ONG, est de ne pas aller aux élections avec Ali Bongo Ondimba accusé de ne pas être un gabonais de souche.

Mais, tout ce boucan de la part de l'opposition ne semble pas inquiéter le président gabonais. D'ailleurs, comme le rapporte gabonreview.com, ce week-end a été un week-end d'investiture pour le candidat du PDG, favori de la prochaine élection présidentielle.

Les appuis ne cessent d’être manifestés à l’endroit d’Ali Bongo, fait remarquer ce site d'information, qui souligne que du 7 au 8 mai 2016, le Cercle des libéraux réformateurs (CLR) et l’Alliance démocratique républicaine (Adere) ont exprimé à l’issue de leurs congrès respectifs, leur soutien au président de la République de prendre part à la prochaine joute électorale. On note que le chef d'Etat, qui a répondu présent à ces différentes rencontres, a officiellement été investi en présence des militants et sympathisants de ces deux partis politiques.

Il a notamment demandé au peuple de lui renouveler sa confiance. «Modernisation des infrastructures de formation, d’éducation et de santé, extension du réseau routier, protection sociale, soutien à l’agro-industrie, diversification économique favorable à l’emploi des jeunes, tout n’a pas été parfait, mais beaucoup a été fait au cours de ces six dernières années», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, selon gabonreview.com, le médiateur de la République, Laure Olga Gondjout, a appelé toutes les parties à l'apaisement, vu la tension politique et sociale que suscite l'élection présidentielle. «Le Gabon connait des crises: morale, sociale, économique et politique. Ces différentes crises sont devenues sournoises, profondes et dangereuses, susceptibles de mettre en péril l’unité nationale, gage de la paix. Il devient donc impératif pour chacun, de prendre la mesure de la situation de notre pays», a-t-elle mis en garde.

Le 09/05/2016 Par Ismail Ben Baba