Fermer

Guinée-Mali: qui sont les Donzos guinéens à l'origine de la mort de gendarmes maliens?

Mise à jour le 07/12/2017 à 19h15 Publié le 07/12/2017 à 18h20 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Société
affrontements communautaires
© Copyright : DR

#Guinée : Les Donzos guinéens ont encore fait parler d'eux. Partis défendre des orpailleurs guinéens qui étaient en conflit avec leurs homologues maliens, ils ont tué des gendarmes maliens et pris pour butin un de leurs véhicules. Qui sont ces redoutables chasseurs?

En Afrique de l'Ouest, ils sont en Guinée, au Mali, en Côte d'Ivoire, mais aussi au Burkina Faso. En Guinée, ils sont bien connus du grand public depuis leur envahissement, entre 2011 et 2014, de certaines grandes villes du pays dont la capitale Conakry. Dans les rues de ces villes, leurs parades suscitaient à la fois curiosité et psychose.

A Conakry, ils n'ont pas été que dans les rues. On les a vus à plusieurs reprises au Palais présidentiel et assurant la protection du siège du parti au pouvoir pendant les manifestations de l'opposition. Les opposants d'Alpha Condé les avaient accusés d’être un "régiment" auquel le pouvoir fait recours pour réprimer certaines manifestations. "Les Donzos sont des chasseurs. Or il n'y a pas de gibier à Conakry. Que cherchent-ils alors dans la capitale?", se demandait l'opposant Faya Millimono.

Très mal vus à Conakry, ils avaient été sommés de quitter la capitale guinéenne à un moment où on leur reprochait plusieurs dérapages. Quant au préfet de N'Zérékoré, au sud du pays, il s'était vu dans l'obligation d'ordonner à un groupe de Donzos qui y semait la panique de libérer la capitale régionale.


LIRE AUSSI: Guinée–Mali: près de 20 morts dans les affrontements entre orpailleurs


Sous le feu des critiques, les autorités guinéennes ont fait retourner les Donzos à leur base, dans la région de la savane appelée Haute-Guinée. Organisés au sein de l'Union nationale des chasseurs et guérisseurs traditionnels de Guinée, ils ont quand même réussi à s'ériger en partenaires du gouvernement guinéen.

Ainsi, dans son plan de protection de l'environnement, le gouvernement guinéen a, en 2013, attribué certains rôles à l'Union des Donzos. Leur action devrait contribuer à minimiser la destruction des forêts et à assurer la protection de certaines espèces animales menacées de disparition. C'est surtout dans les régions de la Haute Guinée et la Guinée Forestière, en proie aux feux de brousse et à l'élimination d’espèces comme les éléphants et les chimpanzés, que la lutte devrait être ardue.

Le gouvernement guinéen les avait plutôt confié un mandat qui est censé être le leur. Puisque, que ce soit en Guinée ou dans les pays de la sous-région, cette confrérie de chasseurs traditionnels se présente comme protectrice de l'environnement et de la faune.

 


LIRE AUSSI: Guinée–Mali: les travaux de matérialisation de la frontière ont repris



"A la base, nous sommes des tradi-praticiens. Notre initiation dans la forêt nous permet de connaître toutes les plantes médicinales. Personnellement, j'ai passé trois ans dans la forêt à me former. Nous protégeons aussi l'environnement en luttant contre la coupe abusive du bois, les feux de brousse et la divagation des animaux. Enfin, nous sommes des chasseurs", explique le coordonnateur de l'Union nationale des Donzos tradi-praticiens de la santé du Burkina, Yacouba Drabo, dans une interview publiée en mai dernier par RFI.


Dans la pratique, les Donzos ne sont pas tous des protecteurs de l'environnement. Dans certaines régions de la Guinée, ils sont paradoxalement ceux qui sont souvent soupçonnés de participer aux actes de braconnage et des feux de brousse.

Chasse de gibier, soins de malades, protection de l'environnement... les Donzos guinéens viennent de s'attribuer un nouveau rôle en se muant en forces de défense de la population guinéenne. A la suite des escarmouches, le ministère de la Sécurité et de la protection civile du Mali a indiqué que les assaillants (Ndlr: les Donzos) ont tendu une embuscade à un détachement de la gendarmerie malienne dépêchée sur les lieux pour protéger les populations et apaiser la situation. Deux gendarmes y ont perdu la vie et d’autres sont portés disparus.

De leur côté, les Donzos guinéens s'exprimant dans une vidéo dans laquelle ils exposent leur butin, expliquent comment les gendarmes maliens ont agressé leurs compatriotes guinéens avec des armes militaires, et comment leur intervention a pu limiter les dégâts. "Nous demandons au président Alpha Condé et au aux autorités militaires guinéennes d'intervenir. S'ils (les gendarmes maliens) continuent à agresser nos populations avec des armes militaires, les Donzos guinéens seront obligés de prendre leur arme", prévient, dans la vidéo,  un de leurs chefs.

Les autorités des deux pays, qui cherchent à restaurer la paix dans la zone, ignorent pourtant les Donzos dans leurs discours. Ils déplorent un "malheureux affrontement entre des populations que tout unit".
Le 07/12/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou