Fermer

Guinée: l'ONU indemnise les familles des casques bleus tués à Kidal

Publié le 09/12/2017 à 14h06 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Société
Minusma
© Copyright : DR

#Guinée : Les familles des quatre militaires guinéens tués en juin dernier à Kidal (Mali) ont reçu vendredi une indemnité de plus de 632 millions de francs guinéens (un peu plus de 60 mille euros) de la part de l'ONU.

La coordinatrice du système des Nations unies en Guinée, Séraphine Wakana, a tenu à préciser qu'il s'agit d'un soutien aux familles des quatre soldats tués en juin dernier à Kidal, et que cette somme ne pourrait nullement être le prix d'une vie perdue.

Dans la cour du Camp Samory, l'un des quatre situés dans la ville de Conakry, la famille de chacun des quatre défunts soldats a donc reçu un chèque au cours d'une cérémonie organisée pour la circonstance. "Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier très sincèrement la représentante des Nations Unies et l’ensemble des organismes du Système des Nations Unies pour ce geste de reconnaissance symbolique à l’égard des vaillants soldats tombés sur le champ d’honneur pour la défense de la liberté et de la paix ", a apprécié le ministre guinéen de la Défense, Mohamed Diané.


>>>LIRE AUSSI: Mali: trois casques bleus de la Minusma tués


 


En juin dernier, les quatre soldats ont été tués dans une attaque terroriste à Kidal portant à 13 le nombre de soldats guinéens tués dans la liste contre le terrorisme au nord Mali. En 2015, deux premiers soldats guinéens avaient été tués dans une attaque terroriste, puis sept autres dans une attaque intervenue en mars 2016. " C'est un bilan très lourd pour le peuple de Guinée, mais nous ne pouvons pas abandonner nos frères maliens  ", avait déclaré le ministre de la Défense lors de l'inhumation des quatre derniers soldats tués. " La Guinée et le Mali sont deux pays frères, deux pays limitrophes. Nous sommes liés par l'histoire, par la géographie, par tout ", avait justifié Monsieur Diané.

A la suite de cette tuerie des quatre soldats,  la Guinée a d'ailleurs dépêché un troisième bataillon dénommé Gangan 3 pour la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies au Mali (MINUSMA). Ce troisième contingent de 850 militaires a été précédé par deux premiers de 650 soldats.

Par ailleurs, il faut rappeler qu'après l'attaque djihadiste qui avait fait 18 morts au Burkina Faso, le président Alpha Condé avait exprimé la disponibilité de la Guinée à fournir des troupes au G5 Sahel.

Le 09/12/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou