Fermer

Alufer Mining Ltd décroche sa convention minière

Publié le 11/02/2016 à 08h14 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara

#Economie
Alufer Mining
© Copyright : DR

#Guinée : Le gouvernement guinéen a signé lundi 1er février avec Alufer Mining Ltd, une convention minière portant sur l’exploitation d’un gisement de bauxite dans la région de Boffa, au nord de Conakry. La première phase va nécessiter un investissement de 185 millions d’euros.

Les études de faisabilité sur la base desquelles la Convention est signée font état d’un gisement de 146 millions de tonnes de bauxite. Celui-ci est situé à 15 kilomètres de la côte atlantique dans la préfecture de Boffa, à 230 kilomètres au nord de Conakry, la capitale. Le projet prévoit une production de 5 millions de tonnes par an à partir de 2017.

Elle devrait s’étendre à 10 millions de tonnes par an, cinq ans à compter du démarrage de l’exploitation. En tout, 3000 emplois directs et indirects sont attendus.

A l’occasion de la signature de la convention, le ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba, a indiqué que la première phase du projet va nécessiter 185 millions de dollars d’investissement. Il a estimé à 570 millions de dollars, les revenus que l’Etat pourrait engranger à cette première phase.

Les autorités guinéennes qui tiennent à un développement rapide des projets miniers ont tenu à consigner dans le document des engagements relatifs au respect du chronogramme, l’obligation d’augmenter la production à 10 millions de tonnes à terme et de favoriser l’accès des tiers aux infrastructures. «Nous sommes confiants que ces engagements seront respectés par les promoteurs», a affirmé Magassouba, avant d’apposer sa signature sur le document.

Fin du cauchemar chinois

Le projet qui vient d’être signé est le fruit d’intenses négociations entre Alufer et la partie guinéenne. Les discussions se sont compliquées par moment en raison de l’octroi d’une partie du site à China Power Investment. Quand on sait que le géant chinois prévoit un investissement de 6 milliards de dollars, on comprend aisément que Conakry ne voulait, en aucun cas, perdre un tel investisseur.

En signant l’accord, Alufer est sûre d’avoir sécurisé définitivement son site minier. Et son PDG Bernard Pryor qui a fait le déplacement de Conakry n’a pas caché sa satisfaction. «C’est un jour historique. La signature de cette convention est un moment important pour les deux parties», s’est-il réjouit.

Le patron de la compagnie a rassuré le gouvernement guinéen. Les travaux de construction de la mine démarreront cette année et la production commencera effectivement en 2017 comme prévu dans la convention, a-t-il fait savoir. «Notre but est de devenir un des plus importants producteurs de bauxite connus mondialement», a-t-il avancé.

«Protection du gouvernement»

Signe que cet accorde revêt une importance capitale, celui d’Alufer a été signé sous les yeux du Premier ministre Mamady Youla. Ancien président de la Chambre des mines de Guinée, il a rappelé au partenaire l’importance que la Guinée accorde à son projet. Un projet qui, selon lui, figure parmi les priorités définies par le président Alpha Condé.

«Ce projet attire des investisseurs, donne de la visibilité à notre pays, permet de créer de l’emploi et des revenus. Ce projet est une avancée majeure», a-t-il affirmé.

Le Chef du gouvernement a rassuré de l’engagement et de la disponibilité à accompagner la compagnie minière pour la réalisation de son projet.

Il a invité les communautés riveraines du site à accompagner le projet, en favorisant un climat propice aux investissements. «Nous tiendrons notre part d’engagement. Bien entendu de manière responsable, nous veillerons à ce que toutes les parties tiennent leur engagement».

Le projet de bauxite de Bel Air prévoyait en 2012 un investissement de 400 millions de dollars.

Le 11/02/2016 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara