Fermer

Le retard de la réalisation d’Azalaï Hôtel n’enchante pas le gouvernement

Mise à jour le 14/02/2016 à 17h29 Publié le 11/02/2016 à 08h14 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara

#Economie
Azalai
© Copyright : DR

#Guinée : Le ministre guinéen de l’Hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat a dit ce mercredi 3 février, regretter le retard accusé dans la construction d’Azalaï Hotel de Conakry, dont les travaux ont pourtant été lancés mi-septembre. L’hôtel va nécessiter un investissement de 52 millions de dollars.

La pose de la première pierre d’Azalaï Hotel de Conakry s’est déroulée le 15 septembre dernier. Et c’est le président de la République Alpha Condé qui a lui-même donné le coup d’envoi des travaux.

Réalisé par le groupe Azalaï déjà présent en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Niger, au Mali et trois autres pays de l’Afrique de l’Ouest, ce complexe hôtelier 4 étoiles de 280 chambres va nécessiter 52 millions de dollars US d’investissement.

En effectuant une série de visites des hôtels en construction à Conakry ce 3 février, le ministre du l’Hôtellerie a déploré une lenteur dans le démarrage effectif des travaux. «J’ai constaté que les travaux avancent bien en fonction de chaque hôtel. Le seul problème, c’est au niveau de Azalaï où les travaux n’ont toujours pas démarré», a-t-il confié à la presse. «Je le regrette», a-t-il ajouté.

Comme explication reçue des promoteurs du projet, Diallo a évoqué les études techniques en cours sur le site, avant de construire l’infrastructure dans les conditions sécuritaires requises. «Ils sont en train de faire des études géodésiques du sol car l’hôtel est en bordure de mer», a-t-il affirmé aux journalistes.

S’agissant des autres chantiers visités, notamment l’Hôtel Onomo, le Palma Guinée et l’hôtel Noom, le ministre Thierno Ousmane Diallo s’est dit «satisfait» de l’évolution des travaux. Il s’est dit rassuré quant à la finalisation de ces projets dont le but est de doter la Guinée d’infrastructures hôtelières de standing international.

Le 11/02/2016 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara

à lire aussi