Fermer

La BAD va ouvrir un bureau à Conakry

Publié le 20/05/2016 à 13h17 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara

#Economie
BAD
© Copyright : BAD

#Guinée : Disposant jusque-là d’un économiste pays en Guinée, la Banque africaine de développement (BAD) va bientôt ouvrir un bureau à Conakry. C’est le Premier ministre guinéen Mamady Youla qui a fait l’annonce.

«Le président de la BAD a pris l’engagement d’ouvrir un bureau en Guinée», a déclaré très satisfait le chef du gouvernement ce mercredi au terme d’une rencontre entre le président de la Banque africaine de développement et quelques membres du gouvernement.

Aucune raison officielle n’a été avancée par Mamady Youla pour justifier cette décision. Mais de toute évidence, l’accroissement du portefeuille de l’institution financière de développement en Afrique et la diversification de ses engagements en Guinée pourraient expliquer cette décision.

Arrivé en début de semaine dans la capitale guinéenne pour une «visite de travail», Akinwuma Adesina, en fonction depuis septembre dernier, a échangé avec le gouvernement sur les projets d’investissement portés par son institution.

Ces discussions ont porté sur des projets d’aménagement agricoles et routiers, entre autres.

En raison de l’importance qu’accorde la BAD au développement énergétique du continent, la mission s’est aussi penchée sur le projet d’interconnexion des réseaux électriques de l’OMVS qui regroupe la Guinée, le Sénégal, la Gambie et la Guinée-Bissau. Un programme qui prévoit la construction de postes de distribution, une ligne électrique de 555 km, soutenu par la BAD à hauteur de 121,5 millions d’euros.

«Concernant les programmes d’investissements de la BAD, nous savons que la priorité c’est éclairer l’Afrique et donner de l’énergie à tout le continent dans une période de dix ans», a expliqué le président de la BAD.

En outre, Akinwuma Adesina a insisté sur l’accompagnement de la BAD pour favoriser le développement de l’agriculture guinéenne. «Pour nous, il faut nourrir l’Afrique. L’agriculture pour nous doit être modernisée, considérée comme un business et un secteur essentiel pour la stabilisation macroéconomique et fiscale de la Guinée», a conclu le nigérian à l’issue des échanges avec les autorités gouvernementales guinéennes.

Le 20/05/2016 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara