Fermer

Bauxite: la CBG obtient 643 millions de dollars pour son extension

Publié le 07/07/2016 à 16h04 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara

#Economie
bauxite
© Copyright : DR

#Guinée : La Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG) et trois institutions internationales sont parvenues à un accord de financement de 643 millions de dollars. Ce qui devrait permettre à la compagnie de financer la première phase de son plan d’extension et d’augmenter sa capacité de production.

Les trois institutions qui acceptent d’accompagner financièrement la CBG dans son projet d'extension sont la Société financière internationale (SFI), la filiale de la Banque mondiale qui accorde les prêts aux compagnies privées, l’Agence américaine Overseas private investment corporation (OPIC), et l’institution gouvernementale allemande United loan garantees of the federal republic of Germany (UFK).

A côté de ces trois institutions, un quatrième groupe constitué de deux banques guinéennes va aussi apporter son financement au projet. Ce qui devrait permettre de dépasser largement le cap de 643 millions de dollars promis par les trois institutions

Selon une source proche du deal, l’accord de financement obtenu auprès de ces prêteurs permettra de financer la première phase du programme d’extension de la CBG. «Les discussions sont en cours pour le financement de la seconde phase», note la même source.

Il faut rappeler que l’extension prévoit un investissement global de 1 milliard de dollars. En juin, le directeur général de la compagnie, Namory Condé, avait assuré être proche de l’obtention d’un accord avec ses partenaires financiers.

La production actuelle de la Compagnie des bauxites de Guinée avoisine 15,3 millions de tonnes de bauxite. Le nouveau plan d’extension va porter cette production à 19,5 millions de tonnes par an à partir de 2018. Elle devrait atteindre 24,5 millions de tonnes en 2022, puis 28 millions de tonnes à partir de 2027.

Notons enfin que la Compagnie des bauxites de Guinée est contrôlée par le consortium Halco mining -qui compte Rio Tinto, Alcoa et Dadco- à hauteur de 51%, contre 49% pour l’Etat guinéen.

Le 07/07/2016 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara