Fermer

Guinée: l'UE accorde 120 millions d'euros au pays

Publié le 25/10/2017 à 17h34 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Economie
malado kaba

Malado Kaba, ministre guinéenne de l'Économie et des finances.

#Guinée : L'Union européenne et la Guinée ont signé en début de semaine deux programmes de financement d'un montant global de 120 millions d'euros. La manne financière est destinée à soutenir le budget du pays.

Une première moitié de ce montant va servir au financement du Programme d'Appui à la consolidation de l'État guinéen (PACE), alors que la seconde moitié va financer le Programme de développement et d’assainissement urbain (SANITA).
 
SANITA, un programme qui devra résoudre le problème de l’insalubrité de la ville de Conakry, s'articule autour de trois axes. Le premier porte sur l'amélioration et la planification urbaine, notamment de la ville de Conakry, à travers une approche participative, incluant fortement la population. Le deuxième vise à professionnaliser la filière de gestion des déchets solides, à travers le renforcement des acteurs, notamment les collectivités locales, les Petites et Moyennes Entreprises (PME)/Groupements d’Intérêts Economiques (GIE) et la société civile.

Le chef de la délégation de l'UE et la ministre Maladho

Gerardus Gielen, chef de la délégation de l'UE en Guinée et Malado Kaba, ministre de l'Économie et des finances.

© Copyright :

 

Quant au troisième axe, il porte sur l'amélioration de la gestion des eaux pluviales et des eaux usées, avec le développement de la voirie et d’infrastructures d’assainissement collectives.
 
Pour la ministre de l'Économie et des finances, Malado Kaba, l'approbation de ces deux programmes "importants" démontre une fois de plus l'action renforcée du gouvernement dans la mobilisation des financements nécessaires pour relever les défis du développement.


LIRE AUSSI : Guinée: les détails du réaménagement du centre administratif de Conakry


"Ces ressources sont essentielles au gouvernement pour appuyer et renforcer les réformes nécessaires pour créer un cadre propice à la promotion de l’investissement privé, guinéen et étranger. Nous les considérons comme importantes et surtout complémentaires aux autres financements que nous mobilisons", a commenté, dans un communiqué, Malado Kaba.

 
La mise en oeuvre du premier programme d'appui en 2015 et 2016 avait permis à la Guinée d'atteindre l'équilibre budgétaire durement secoué par l'épidémie de la maladie à virus Ebola. Ces aides ont également permis à l'État guinéen d'améliorer son système de gestion des dépenses publiques et de gestion des ressources humaines.
Le 25/10/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou