Fermer

Guinée: l’opposition prudente suite à l’appel au dialogue du président

Mise à jour le 26/08/2016 à 10h21 Publié le 26/08/2016 à 09h46 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara

#Politique
cellou-condé

Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG, et Alpha Condé, président de la Guinée.

© Copyright : DR

#Guinée : L’opposition guinéenne se montrait toujours prudente jeudi, au lendemain d’une invitation lancée par le président Alpha Condé en faveur d’une reprise du dialogue politique avec la mouvance présidentielle.

Partira ? Partira pas ? La principale force politique de l’opposition en Guinée, l’UFDG -Union des forces démocratiques de Guinée-, maintient le suspense. Son leader Cellou Dalein Diallo, convié mercredi par le président Alpha Condé au même titre que le représentant de la mouvance présidentielle à une audience pour baliser le chemin devant mener au dialogue politique, jouait la montre ce 25 août, refusant de dire clairement s’il acceptait cette main tendue.

Refusant de prendre une décision hâtive qui pourrait être préjudiciable au jeu de l’opposition, l’ancien Premier ministre a annoncé qu’il va concerter «sa base», de même que ses pairs de l’opposition, autres acteurs politiques de l’opposition avant de donner suite à la demande du président.

Au sein de l’opposition cette prudence est expliquée par le fait que les conclusions issues des précédents dialogues, notamment celui de 2015, auraient été foulées au pied par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le ministre de l’administration du territoire. Un état de fait que l’on reproche à Alpha Condé.

Même si aucune date n’a été avancée par le communiqué de la présidence de la république annonçant l’invitation adressée aux deux bords, son parti, le RPG Arc-en-ciel apprécie la démarche et se dit prêt à répondre à l’appel pour une sortie de crise.

Le président de la majorité parlementaire Amadou Damara Camara a salué une opportunité que l’opposition doit saisir. Joint par nos soins il se dit prêt à une concertation avec le chef de file de l’opposition pour convenir d’une date propice à l’audience sollicitée par Condé.

Le débat politique en Guinée est grippé depuis plusieurs mois autour du processus électoral et de la gestion des affaires publiques par le pouvoir.

L’opposition a organisé une marche pacifique le 16 août pour porter ses griefs à l’attention de la communauté internationale. Une personne a été tuée par balle réelle en marge de cette manifestation. L’alliance prévoit d’autres  manifestations dans les prochaines semaines pour accentuer la pression sur le gouvernement.
Le 26/08/2016 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara