Fermer

Guinée: une nouvelle alliance électorale relance le débat sur la cohésion de l'opposition

Mise à jour le 03/07/2017 à 14h52 Publié le 03/07/2017 à 12h48 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
opposition guinéenne
© Copyright : DR

#Guinée : Trois alliés de Cellou Dalein ont créé, jeudi 29 juin, le Front pour l'alternance démocratique (FAD). Une alliance électorale, dit-on, en vue des prochaines consultations communales et nationales. Pour ces petits partis de l'opposition, le temps est venu de voler de leurs propres ailes.

La naissance de la FAD est la conséquence d'une nouvelle donne: puisque la puissante Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein a décidé d'aller désormais seule ou avec de nouveaux alliés aux élections, UFC, NFD et RDIG ont donc décidé d'unir leurs capacités. En 2013, leur alliance avec l'UFDG leur avait permis d'accéder à l'Assemblée nationale. Parviendront-elles à démentir ceux qui les qualifient d'appendice de l'UFDG?  Ils seront mis à l'épreuve lors des prochaines élections communales et législatives.

Comme pour dire que leur alliance ne dérange en rien leur appartenance à la grande coalition de l'opposition, les trois partis ont réitéré leur appartenance à l’Opposition républicaine. "Nous restons toujours membres de l'opposition républicaine qui n'est pas une alliance électorale, mais une coalition de partis de l'opposition", a d'ailleurs précisé Jean-Marc Telliano, président du parti RDIG (Rassemblement pour le développement intégré de Guinée). "Il faut aussi savoir que notre alliance avec l'UFDG reste maintenue. Il n'est pas méchant qu'un parti ait plusieurs alliés",  explique Jean-Marc Telliano qui tente de rassurer ceux qui croient qu'ils ont été lâchés par l'UFDG.

Le Front est ouvert à tout autre parti politique à condition qu'il remplisse les conditions d'adhésion qui ne sont pas expliquées pour l'instant. 

Quoi qu'il en soit, la naissance du Front a relancé le débat sur la division au sein de l'Opposition républicaine.  Déjà, entre l'UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée) et les NFD (Nouvelles forces démocratiques) de Mouctar Diallo, ce n'est pas le parfait amour depuis quelques mois. Et leur opposition a été exposée à la face du monde avec un récent affrontement entre des jeunes des deux partis.

Par ailleurs, le porte-parole de l'opposition et président de l'UFC (Union des forces du changement), Aboubacar Sylla a récemment avoué, lors d'une de ses sorties médiatiques, que " l'opposition guinéenne est aujourd'hui affaiblie par sa division ".

Face à cette nouvelle alliance, des membres du parti présidentiel n'ont pas manqué de railler la division de l'opposition. Dans un entretien avec le site Mediaguinee.com, Amadou Damaro Camara a ironisé: "l'opposition plurielle risque de devenir l'opposition plus rien. Il y a combien de Fronts déjà à Conakry? Et dans cette opposition? Eux-mêmes, ils n’en connaissent pas le nombre". 

Il faut signaler que l'UFDG, le parti phare de l'opposition, a lui-même récemment signé une nouvelle alliance avec l'UDG de l'homme d'affaires Mamadou Sylla, un ancien allié du parti présidentiel.
Le 03/07/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou