Fermer

Guinée: fin du bicéphalisme à la CENI. Le nouveau président réitère son appel au travail

Publié le 04/08/2017 à 13h36 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
Me Salif Kébé

#Guinée : Vraisemblablement devenu le seul dirigeant de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), Me Amadou Salif Kébé réitère son appel à ses collègues. Il exige d'eux davantage de responsabilité et d'engagement pour pouvoir enfin organiser les élections locales.

Elu le 4 juillet dernier à la faveur de la destitution de Bakary Fofana, Me Amadou Salif Kébé a dû faire face à une résistance du président déchu pour prendre définitivement les commandes de l'institution en charge de l'organisation des élections.

Me Amadou Salif Kébé a été aidé par la gendarmerie qui a retiré dans la nuit de mardi à mercredi ses éléments postés au domicile de Bakary Fofana. La veille, le nouveau président de la CENI avait donné à son antagoniste un ultimatum de 24 heures pour libérer son bureau et rendre les équipements et véhicules liés à la fonction de président de la CENI.

Ce à quoi Bakary avait déclaré qu'il restait et demeurait le président de l'institution, ajoutant " qu'il ne se laissera pas prendre en otage ni n'accepterait de sacrifier la Guinée, ou de satisfaire des revendications financières irréalistes, qui si elles l'étaient, coûteront injustement plus de 8 milliards de francs guinéens chaque année au contribuable guinéen."

Jeudi, plusieurs sources issues de l'institution ont confirmé que Bakary a finalement baissé les bras après le retrait de sa garde. Nos tentatives pour le joindre sont restées vaines jusqu'à la fin de la journée. 

Bakary Fofana a pourtant saisi mardi la Cour constitutionnelle et attend certainement la décision de celle-ci sur sa destitution.
 
De son côté, Me Kébé a indiqué qu'il reste le seul président de la CENI. "J'ai tout ce qu'il faut travailler. Les clés, le matériel, tout est à ma disposition", a-t-il dit. Le nouveau président a de nouveau appelé ses collègues à plus de responsabilité et  d'engagement pour offrir aux Guinéens des élections locales crédibles.

Le 27 juillet dernier, il avait déjà lancé un appel en ce sens à l'endroit de ses collaborateurs. "On était arrivé à un moment où la dignité des commissaires et de l’ensemble des travailleurs de notre institution était bafouée. Il faudrait qu’on se mette au travail pour qu’on puisse organiser les prochaines élections locales en faveur des Guinéens", avait alors déclaré Me Kébé.

Pour l'organisation des élections locales, l'aile dure de l'opposition a déclenché mercredi une série de marches qu'elle a finalement suspendue ce jeudi pour raison de pèlerinage. Après cette invitation du chef de l'Etat, Bakary Fofana s'est précipité pour écrire au ministre de l'Administration du territoire et de la Décentralisation. Dans sa lettre, le président déchu a indiqué que "la CENI  vient d’achever l’élaboration du dossier d’appel d’offres pour le recrutement du cabinet chargé de l’audit du fichier électoral". Bakary a même ajouté que l'institution était disposée à inviter les représentants politiques pour une séance d’information et de partage des termes de références y afférents.

Pour sa part, le président Alpha Condé a invité lundi  la CENI à proposer au gouvernement et aux partis politiques un chronogramme ainsi qu’à prendre toutes les dispositions nécessaires pour l’appel d’offres relatif à l’audit du fichier pour les échéances à venir.
Le 04/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou