Fermer

Guinée: Alpha Condé procède à un mini-remaniement ministériel

Publié le 23/08/2017 à 10h42 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
alpha condé

#Guinée : Dans un décret rendu public mardi 22 août dans la nuit, le président Alpha Condé a procédé au remplacement de deux de ses ministres. Voici lesquels.

Le limogeage de Bah Makalé Camara était dans l’air depuis des mois. Les relations entre Alpha Condé et sa ministre des Affaires étrangères étant devenues moins sereines ces derniers mois. Mais comme à son habitude, le président guinéen aime agir au moment où on ne l’attend pas. Il a donc choisi ce mardi 22 août 2017 pour limoger madame Bah, à la surprise de beaucoup de Guinéens.

Aujourd’hui âgée de 60 ans, cette juriste de formation, figure de la société civile guinéenne, a été ministre de Lansana Conté puis ambassadrice de la Guinée dans plusieurs pays africains, avant de servir comme ambassadrice de la Guinée en France, en Espagne, au Portugal et à Monaco, de 2007 à 2011. En mai dernier, elle a épousé Bah Ousmane, un ministre conseiller du président Alpha Condé.

La désormais ancienne ministre des Affaires étrangères a été remplacée par le diplomate Mamadi Touré. Celui-ci était jusqu’ici le représentant permanent de la Guinée auprès des Nations unies.

LIRE AUSSI : Guinée : le gouvernement Youla en retraite


Le second ministre limogé est André Loua qui occupait le portefeuille de la Pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime depuis la formation en janvier 2016 du gouvernement dirigé par Mamadi Youla. Dans son  bilan, Loua peut se targuer d'avoir retiré la Guinée sur la liste noire de l’Union européenne concernant les pays incapables de lutter contre la pêche illégale.


André Loua a été remplacé par Frédéric Loua, un cadre qui dirigeait jusqu’ici la nouvelle Caisse nationale de prévoyance sociale. Cet inconnu du grand public guinéen va diriger un des départements ministériels sur lequel compte l’Etat guinéen pour renflouer ses caisses.

Sur la Toile, quelques Guinéens ont tout de suite réagi. Ils auraient préféré que soit limogé le ministre des Transports Oyé Guilavogui, souvent critiqué pour ses déclarations jugées mensongères. 

Enfin, il faut rappeler qu’en février dernier, un premier mini-remaniement avait abouti au remplacement de trois ministres sur les 33 que compte le gouvernement.
Le 23/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou