Fermer

Guinée: les Guinéens bientôt interdits d'entrée aux Etat-Unis?

Mise à jour le 25/08/2017 à 10h47 Publié le 25/08/2017 à 09h20 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
Donald Trump: morceaux choisis des meilleurs tweets de chefs d'état africains

Donald Trump.

© Copyright : DR

#Guinée : Après avoir menacé de ne plus délivrer aux Guinéens de visas d'entrée aux Etats-Unis, l'Administration Trump pourrait passer à l'action. Raison invoquée: la Guinée n'aurait pas coopéré concernant le rapatriement de ses ressortissants sortis des prisons américaines.

L'Administration américaine vient de dresser la liste des pays non coopérants en matière de rapatriement de leurs ressortissants sortis des prisons américaines. Dans cette liste figurent 4 pays: la Guinée, l'Erythrée, la Sierra Leone et le Cambodge.

Selon CNN, citant le porte-parole du Ministère américain de la Sécurité intérieure, Dave Lapan, l’administration Trump imposera des sanctions sur les visas pour ces quatre pays accusés de refuser ou de retarder le rapatriement de leurs ressortissants étrangers jugés illégaux aux États-Unis.


LIRE AUSSI : Vidéo. Trump expulse 55 Guinéens: leur Ambassadeur à Washington explique


Le processus de sanctions a été déclenché la semaine dernière dans une lettre envoyée au Département d’Etat par l’intermédiaire de la secrétaire du DHS, Elaine Duke. Il incombe au Département d’État de déterminer la portée des restrictions de visas et de les initier.

Ainsi, les citoyens de ces quatre pays identifiés par l’administration Trump risquent des sanctions sévères allant jusqu’à la restriction de visas pour les officiels de leurs gouvernements respectifs et leurs familles.

Pour rappel, en février dernier, les Etats Unis avaient sommé la Guinée de rapatrier 55 de ses ressortissants jugés comme étant des criminels avérés ou en séjour illégal sur le sol américain. Le rapatriement de deux mille autres Guinéens devrait suivre après celui des 55 premiers. L'ambassadeur de la Guinée aux Etats Unis, Mamadi Condé, avait indiqué que son pays devrait choisir entre expulser ses compatriotes ou voir tous les Guinéens (sans catégorie) privés de visas américains.


LIRE AUSSI Guinée: cinq des 55 Guinéens expulsés par Trump sont arrivés à Conakry


Selon la chaîne américaine, il y a au moins 23 pays qui refusent de coopérer après avoir reçu l’ordre de rapatrier des États-Unis leurs ressortissants coupables de délits ou des crimes violents.


Toutefois, CNN précise que rien n’a été dit clairement au sujet des quatre pays spécifiques. Selon les données du comité de la Chambre sur la surveillance et la réforme du gouvernement, entre 2013 et 2016, plus de 8.000 immigrés sans papiers ont été libérés, certains après avoir purgé leur peine de prison pour crimes violents.
Le 25/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

à lire aussi