Fermer

Guinée-Mali: un troisième bataillon de l'armée guinéenne rejoint la Minusma

Publié le 29/08/2017 à 08h32 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
Munisma
© Copyright : DR

#Guinée : La Guinée démontre sa détermination affichée contre le terrorisme en Afrique de l'ouest. Après les deux premiers bataillons, le pays d'Alpha Condé dépêche un troisième de 850 militaires pour la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies au Mali (Minusma).

"Les hommes et les femmes qui composent le bataillon ont bénéficié de formations adéquates des instructeurs nationaux, appuyés par leurs collègues venus des pays amis, notamment les Etats-Unis et la France", a indiqué le ministre de la Défense, Mohamed Diané, en remettant le drapeau au chef de ce bataillon militaire dénommé Gangan 3.

En envoyant ce troisième contingent au Mali, la Guinée veut ainsi continuer à honorer la participation de l’armée guinéenne à la mission de paix en faveur du peuple malien "auquel les Guinéens sont liés par l’histoire".


LIRE AUSSI : Guinée: après l'attaque de Ouagadougou, Condé disposé à fournir des troupes au G5 Sahel


Le ministre de la Défense ne voudrait donc pas de fausse note durant cette mission. Et il l'a clairement signifié aux soldats guinéens: "Chers soldats, vous avez la lourde tâche d’honorer notre nation à travers cette mission. Certes, elle sera difficile et complexe mais je vous fais confiance. Vous allez relever les défis qui vous attendent sur ce terrain hostile en respectant notamment les règles d’engagement et le mandat de la Minusma. Tout en vous abstenant, j’insiste là-dessus, de tout comportement immoral qui pourrait ternir l’image de l’armée guinéenne...".

La Guinée avait déjà déployé deux premiers contingents de plus de 650 soldats. Mais depuis le début de l'opération de maintien de paix, la Guinée a perdu 12 soldats tués dans trois attaques terroristes différentes. La dernière attaque contre une base guinéenne au nord Mali remonte à juin dernier. Quatre soldats guinéens y avaient perdu la vie.


LIRE AUSSI : Les 5 facteurs qui expliquent l'origine et la persistance du terrorisme au Sahel


"Le bilan est très lourd, mais nous ne pouvons pas abandonner... La Guinée et le Mali sont deux pays frères, deux pays limitrophes. Nous sommes liés par l'histoire, par la géographie, par tout. Donc, il ne peut pas exister une instabilité dans un pays frère et que notre pays reste en marge de sa libération", avait réagi, en juin dernier, le ministre de la Défense.

Pour ailleurs, après l'attaque djihadiste au Burkina Faso, le président Alpha Condé a dit être disposé à fournir des troupes au G5 Sahel, le projet de force conjointe qui vise à lutter contre les groupes djihadistes dans le Sahel. 
Le 29/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou