Fermer

Guinée-Etats-Unis: le chef de la diplomatie guinéenne essaye de lever la suspension de visas

Mise à jour le 16/09/2017 à 15h36 Publié le 16/09/2017 à 13h48 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Politique
Mamady Touré

Mamady Touré, ministre des Affaires étrangères de la Guinée.

© Copyright : DR

#Guinée : Présent aux Etats Unis au moment de l'entrée en vigueur de la suspension du visa américain pour les officiels guinéens, mercredi 13 septembre, le chef de la diplomatie, Mamadi Touré, essaye de lever cette suspension avec l'administration Trump. Alpha Condé va l'y rejoindre.

En quittant Conakry pour les Etats Unis, la semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères partait dans la perspective de la 72e assemblée générale de l'ONU. Il y est allé à la tête d'une mission diplomatique guinéenne qui va être rejointe par le président Alpha Condé dès ce week-end.

De toute façon, après l'entrée en vigueur de la sanction infligée à la Guinée, l'ambassadeur des Etats Unis à Conakry avait précisé que les visas de type A qui s’appliquent aux passeports diplomatiques et du service ne sont pas concernés. En d'autres termes, Alpha Condé et les membres de son gouvernement en mission pour les Etats-Unis ne sont pas frappés par la restriction.

Mercredi, le diplomate américain a aussi précisé que la suspension porte sur "les catégories de visa de non-immigrants de type B (commercial, loisir), F (universitaire), J (visiteur d’échanges), M (étudiant, professionnel professeur)". Poursuivant les explications, Dennis Hankins a déclaré: ''Ce n’est pas le grand public, mais plutôt les officiels et leurs familles pour les types de visas B-F-J et M".


LIRE AUSSI : Guinée. Inédit: Trump n'accordera plus de visa aux officiels guinéens

Quoi qu'il en soit, Mamadi Touré, qui a pris fonction le 28 août dernier, fait face à son premier dossier épineux. Fin connaisseur des Etats Unis, ce vétéran de la diplomatie guinéenne, a été de 2011, jusqu'à sa nomination en août dernier, le représentant permanent de la Guinée auprès des Nations unies. Ces cinq derniers mois, il a exercé cumulativement cette fonction avec celle de conseiller spécial du président Alpha Condé en charge de l’Intégration africaine.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères a aussi occupé plusieurs postes de haut niveau aux Nations unies, dont celui de spécialiste des questions politiques hors classe, chef de cabinet à la Mission des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Avec toute cette expérience, réussira-t-il à faire revenir l'administration Trump sur sa décision?

Pour sa part, l'Ambassadeur de la Guinée aux Etats Unis, Mamady Condé, a estimé que cette sanction "va être très rapidement levée d’autant plus qu’il n’y a pas de contentieux en réalité", et que "tout a été fait" pour répondre aux exigences des Etats Unis.


LIRE AUSSI : Vidéo. Trump expulse 55 Guinéens: leur Ambassadeur à Washington explique


En effet, les Etats Unis exigent de la Guinée le rapatriement de ses compatriotes jugés illégaux sur le territoire américain. Selon l'ambassadeur Condé, 2.142 Guinéens vivraient en situation irrégulière aux Etats Unis, et parmi eux les Américains ont classé environ 500 dans la catégorie des criminels. "Je sais une chose: c'est que pour le présent, tout a été fait. Ils (les Américains) peuvent le confirmer. Aucune liste n'est en instance à mon bureau. La dernière a été déposée jeudi 7 septembre... C'est vous dire qu'il y a de l'incompréhension et une attitude que je juge vraiment d'inamicale", a expliqué le diplomate guinéen.

Aux Etats Unis, la diplomatie guinéenne pourra compter sur le soutien de son président Alpha Condé qui, certainement, en tant que président en exercice de l'Union Africaine, rencontrera personnellement Donald Trump en marge de la 72e Assemblée générale de l'ONU et de la rencontre entre le président américain et les chefs d'Etat africains.

Le 16/09/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

à lire aussi