Fermer

Présidentielle en Guinée: le président Alpha Condé appelle les électeurs au calme

Mise à jour le 04/10/2020 à 16h56 Publié le 04/10/2020 à 16h56 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Alpha Condé

Le président Alpha Condé en campagne pour la présidentielle du 18 octobre 2020.

© Copyright : DR

#Guinée : Le président guinéen Alpha Condé a appelé samedi ses partisans à ne pas basculer dans la violence en vue des élections du 18 octobre, alors que les tensions politiques s'intensifient à l'approche du scrutin et qu'il avait lui-même parlé de "guerre" en septembre.

"Il n'y aura jamais de guerre en Guinée" a déclaré Alpha Condé devant ses soutiens, après avoir expliqué qu'il pensait que l'opposition se proclamerait vainqueur et irait se réfugier dans une ambassade, "en pensant qu'il y aura la guerre".

Les électeurs voteront le 18 octobre en Guinée, où Condé brigue de manière controversée un troisième mandat.

"On ne prend pas le pouvoir dans le sang, on ne prend pas le pouvoir en cassant des véhicules. On ne prend pas le pouvoir en provoquant les autres", a déclaré le président, incitant les électeurs à ne pas basculer dans la violence.

Le président, âgé de 82 ans, a fait adopter un référendum contesté en mars, qui maintient la limite de deux mandats présidentiels mais qui lui permet, selon lui, de remettre les compteurs à zéro et donc de pouvoir se représenter.


LIRE AUSSI: Guinée. Campagne présidentielle: le convoi du Premier ministre caillassé, selon le gouvernement


Alpha Condé s'est aussi récemment attiré des critiques de ses opposants pour avoir attisé les tensions ethniques dans ce pays de 13 millions d'habitants.

Dans un discours prononcé en septembre en langue malinké, Condé a dit aux électeurs que soutenir un candidat d'opposition issu de cette communauté reviendrait à voter pour son opposant principal, Cellou Dalein Diallo.

La politique guinéenne est majoritairement dictée par les enjeux ethniques. Le parti du président Condé est largement soutenu par l'ethnie des Malinkés et l'UFDG de Diallo par celle des Peuls, même si les deux hommes politiques affirment être pluralistes.

Samedi, Alpha Condé s'en est pris à Diallo, clamant devant ses soutiens que l'ancien autocrate Lansana Conté avait "créé" l'opposition guinéenne, ajoutant, à propos de ses opposants: "Bientôt ils seront dans la poubelle de l'histoire".


LIRE AUSSI: Guinée: heurts entre forces de l'ordre et manifestants à la veille de la présidentielle


Cellou Dalein Diallo est un ancien Premier ministre qui a servi sous Conté.

La campagne électorale guinéenne a toutefois déjà été marquée par la violence.

Un homme a par exemple été abattu mercredi lors d'affrontements dans le centre du pays, place forte de l'opposition.

Des dizaines de personnes ont également été tuées lors de manifestations s'opposant à un troisième mandat de Condé.

Bien qu'il ait assuré qu'il n'y aurait jamais de guerre en Guinée, Alpha Condé a lui-même comparé sa lutte contre l'opposition à une guerre lors d'un discours en septembre. "Cette élection n'est pas seulement une élection, c'est comme si nous étions en guerre", avait-il dit.

Ancien activiste de l'opposition, Condé est devenu le premier président guinéen démocratiquement élu en 2010, et a été réélu cinq ans plus tard.

Le 04/10/2020 Par Le360 Afrique - Afp