Fermer

L’ONU propose son appui pour un procès rapide sur les violences du «28 Septembre»

Publié le 20/04/2016 à 13h26 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara

#Société
zenab hawa bangoura

Zenab Hawa Bangoura, Sous-secrétaire des Nations Unies chargée de violences faites aux femmes et conflits, réu lors d'ue précédente visite par le président Alpha Condé.

© Copyright : DR

#Guinée : Le secrétaire général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, a envoyé une mission à Conakry afin de s’enquérir des avancées notées dans le dossier relatif aux violences du «28 Septembre 2009». L’ONU souhaite un procès juste et équitable.

Les Nations-Unies veulent voir se tenir le procès des auteurs du massacre de militants d’opposition le 28 septembre 2009 à Conakry. C’est une délégation dépêchée par Ban Ki-Moon qui l’a fait savoir de vive voix.

Conduite par Zenab Hawa Bangoura, Représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies sur les violences sexuelles dans les conflits, cette mission a eu des entretiens avec des activistes des droits humains, le Premier ministre et le président Alpha Condé.

L’envoyée spéciale de Ban Ki-Moon qui était accompagnée de Sarah Sewall, sous-secrétaire d'Etat américaine pour la société civile, la démocratie et les droits de l'Homme, a expliqué être venue en Guinée dans le but de prendre connaissance des progrès enregistrés depuis l’ouverture de l’enquête préliminaire.

Les deux émissaires ont exhorté les autorités guinéennes à poursuivre la démarche afin d’aboutir à un procès juste et équitable, à même de faire de la Guinée  un «bel exemple» sur le continent.

En recevant cette mission de haut niveau, le gouvernement guinéen a rappelé les étapes franchies, et rassuré de sa détermination à tenir le procès, évitant ainsi toute intervention de la Cour pénale internationale.

«On a expliqué à Mme Bangoura que la procédure suit son cours et que la Guinée va assumer sa responsabilité dans le traitement de cette affaire», a indiqué le ministre de la Justice et Garde des sceaux Cheick Sacko.

Tout porte à croire que la mission onusienne quitte Conakry avec une note de satisfaction. L’envoyée spéciale du secrétaire général des Nations-Unies a jugé encourageants les progrès notés, avant de promettre l’accompagnement de la communauté internationale pour aboutir à ce procès attendu depuis plus de six ans.

«Le dossier avance très bien», a-t-elle confié à la presse à l’issue d’une audience avec le président Condé. «Nous allons mobiliser le soutien au niveau de la communauté internationale pour essayer d’avancer vers le procès».

Il faut rappeler que le dossier dit  du «28 septembre 2009» porte sur la répression contre des militants de l’opposition qui protestaient contre le maintien de Moussa Dadis Camara, le chef de la junte militaire au pouvoir alors. Des éléments de la garde présidentielle ayant ouvert le feu sur la foule de manifestants avaient tué au moins 157 personnes et fait des centaines de blessés et 109 viols.

Un pool de juges guinéens constitués par le gouvernement a procédé à l’inculpation de 14 personnes dont Moussa Dadis Camara.
En janvier, le ministre de la Justice a promis l’ouverture du procès dans le courant de cette année.

Le 20/04/2016 Par notre correspondant à Conakry Ougna Elie Camara