Fermer

Guinée: après l'éboulement meurtrier, de fortes décisions attendues

Mise à jour le 24/08/2017 à 11h32 Publié le 24/08/2017 à 11h14 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Société
Décharge de Combodge 2

#Guinée : S'exprimant sur le terrain de la décharge où un éboulement a fait 12 morts (selon le dernier rapport médical), le président Alpha Condé s'est voulu un alarmiste: "si on ne prend pas des dispositions très rapidement, la situation peut être plus grave". Il a ensuite annoncé des mesures.

"On ne peut pas accepter qu'il y ait des maisons dans les endroits marécageux et autres. On va prendre des mesures au niveau du gouvernement. Si on ne prend pas des dispositions très rapidement, la situation peut être grave", a affirmé le président guinéen lors de sa visite, mardi, sur le lieu du drame qui a causé la mort de 12 personnes et fait une dizaine de blessés.

Toujours sur le lieu du drame, le gouverneur de la ville de Conakry a pointé du doigt les constructions anarchiques autour de la décharge qui s'étend sur près d'une dizaine d'hectares au plein cœur de la banlieue de Conakry.

Tout porte à croire que la décision gouvernementale annoncée par Alpha Condé pourrait porter d'abord sur une délocalisation des plus proches riverains de la décharge. Ce mardi, Alpha Condé leur avait annoncé: "pour l'instant, on ne peut pas déplacer cette décharge ou du moins son déplacement ne se fera pas en moins de deux ans".


LIRE AUSSI : Guinée: un éboulement d'ordures dans une décharge publique fait une dizaine de morts


Cette situation s'explique par le fait que "depuis des décennies, c'est ici que les déchets de Conakry ont été déposés sans être compostés", estime l'environnementaliste Abdoulaye Camara.
 
Sur le toit de la montagne d'ordures, des individus désoeuvrés y ont dressé des habitations de fortune.

Depuis le désastre des coulées de boue en Sierra Leone, le gouvernement guinéen a pris à bras le corps l'évacuation des occupants illégaux de lieux comme le littoral, les forêts classées et les montagnes, à Conakry et dans ses villes riveraines. L'éboulement intervenu mardi dans la décharge de Dar- Es-Salam a été perçu comme un avertissement par beaucoup de Guinéens.


LIRE AUSSI : Ethiopie: plus de 72 morts dans l'éboulement de la décharge d'Addis-Abeba


Pour rappel, ce sont les pluies diluviennes tombées en début de semaine qui ont provoqué un éboulement dans une partie de la plus vieille et plus grande décharge de Conakry. Des tas d'immondices se sont déversés sur des maisons et cabanes.


Ce mercredi, les secouristes ont continué à fouiller dans les ruines et un corps a été trouvé. Dans les hôpitaux, certains blessés ont succombé à leurs blessures, portant ainsi le nombre de morts à 12. 
Le 24/08/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou