Fermer

Guinée: la grève des enseignants dans l'impasse

Publié le 02/12/2017 à 17h30 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Société
grève guinée enseignants

Syndicalistes et gouvernement campent sur leurs positions.

#Guinée : En Guinée, les syndicalistes dissidents ne sont pas prêts à lever le mot d’ordre de la grève déclenchée le 13 novembre dernier. Le gouvernement n’est pas non plus prêt à discuter avec eux.

Depuis lundi, les cours ont timidement repris dans les écoles de Conakry. Mais l’ombre de la grève déclenchée le 13 novembre dernier par le syndicaliste dissident Aboubacar Soumah continue à planer sur la ville. Certains enseignants refusent d’aller en classe, et on redoute la reprise des violences qui ont émaillé cette grève.

Le gouvernement, qui qualifie la grève d’«illégale» et de «sauvage», n’entend pas discuter avec Aboubacar Soumah, le secrétaire général adjoint du SLECG (Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée).

De son côté, Soumah se montre toujours inflexible. «C’est la base qui commande. Tant que la base n’a pas accepté d’arrêter la grève, je ne peux pas le faire», a répliqué le syndicaliste à l’issue de sa rencontre avec le grand imam de Conakry en milieu de semaine.


LIRE AUSSI: Guinée. Grève des enseignants: Alpha Condé durcit le ton, panique dans la presse


Ce vendredi 1er décembre, Aboubacar Soumah a même appelé à une réunion des syndicalistes au siège du SLECG. Mais la tenue de celle-ci a été empêchée par des gendarmes. Dans une interview accordée au site Guineenews, en prélude à cette assemblée, Aboubacar Soumah a indiqué que la réunion analyserait les propositions du grand imam et de l’archevêque de Conakry en vue d’une sortie de crise. «Ces propositions seront analysées et une décision sera prise par rapport à la continuation ou à la suspension de la grève», a-t-il dit.

Pendant ce temps, l'avocat d'Aboubacar Soumah dénonce des visites inopinées de gendarmes. Les grévistes demandent une augmentation de salaire, souhaitant gagner comme les magistrats, qui ont un salaire minimum de 8 millions de francs guinéens (environ 800 euros).

Le 02/12/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

à lire aussi