Fermer

Guinée: les hommes d'affaires en colère après un nouvel enlèvement

Mise à jour le 08/12/2017 à 09h35 Publié le 07/12/2017 à 18h57 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Société
Conakry
© Copyright : DR

#Guinée : Des boutiques sont restées fermées jeudi au grand marché de Conakry, en protestation contre l'enlèvement d'un homme d'affaires de 80 ans.

El Hadj Abdourahmane Barry, un homme d'affaires de 80 ans, a été enlevé mardi à Conakry par des inconnus. Deux jours plus tard, aucune information fiable ne circule sur son sort. Des sources proches de la famille indiquent qu'il a appelé en disant qu'il se portait bien, sans rien ajouter.

Exaspérés par cet énième enlèvement, des opérateurs économiques ont fermé boutiques et magasins mercredi et jeudi au grand marché de Conakry. "Je comprends leur réaction", nous a indiqué le président du Groupe organisé des hommes d'affaires (GOHA), Chérif Abdallah.

Chérif Abdallah a appelé le gouvernement "à renforcer la sécurité des citoyens en général, et en particulier celle des opérateurs économiques. Les taxes que nous payons, c’est justement pour que l’Etat assure notre sécurité", a-t-il rappelé. Il a souligné que les enlèvements à répétition ne rassurent pas les investisseurs, notamment étrangers,

El Hadj Abdourahmane Barry est présenté comme un membre du conseil des sages du GOHA. "Il a déjà pris sa retraite et il est souvent entre sa maison et la mosquée. Son rôle dans le GOHA, c'est principalement de nous conseiller", a expliqué Chérif Abdallah. "Nous prions les ravisseurs de nous le rendre sain et sauf", a-t-il plaidé.
Le 07/12/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou