Fermer

Guinée: interrogations autour de la situation du football national

Publié le 11/10/2017 à 13h04 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

#Sports
Sily national
© Copyright : DR

#Guinée : Les Guinéens ne sont pas satisfaits de leurs équipes nationales de football. Lundi, une réunion d'urgence s'est tenue entre le ministère en charge des Sports et la Fédération guinéenne de football (Feguifoot).

Au lendemain de la débâcle du Syli (1-4) contre la Tunisie à Conakry, le secrétaire général du ministère des Sports, Fodéba Isto Keitra, qui a qualifié la défaite de foutaise, a annoncé une réunion d'urgence autour de l'équipe.

La réunion a effectivement eu lieu lundi, mais le président de la Fédération guinéenne de football a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une réunion d'urgence. "C’est une réunion qui était prévue. Le ministre Bantama Sow vient de prendre fonction. Il s'est agi d'une consultation au cours de laquelle nous avons brièvement parlé du match", a indiqué Antonio Souaré au sortir de cette réunion.

Réunion d'urgence ou pas, les Guinéens attendaient beaucoup de l'issue de cette rencontre, et notamment sur la question du sort de l'entraîneur Lappé Bangoura, en mauvaise posture ces derniers mois. Les critiques se sont d'ailleurs accentuées contre lui après la défaite du Syli. Le match contre la Tunisie était bien sûr sans enjeu qualificatif pour l'équipe nationale déjà éliminée de la course pour la Russie. Mais il fallait le gagner pour l'honneur, comme l'avait d'ailleurs reconnu Lappé Bangoura, et pour se réconcilier avec le public. Ils sont donc nombreux les observateurs et supporters qui exigent le départ de l'entraîneur local.


LIRE AUSSI : Mondial 2018: avec le Nigeria, voilà les 4 nations africaines aux portes de la Russie


Nommé sélectionneur de la Guinée en juillet 2016, en remplacement du Français Luis Fernandez, Lappé Bangoura n'a jamais fait l'unanimité chez ses compatriotes. S'il a obtenu une victoire éclatante contre la Côte d'Ivoire dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2019, il a perdu la plupart de ses matchs officiels. Entre autres conséquences, le Syli ne s'est pas qualifié pour la Coupe du monde.

Mais Lappé semble encore avoir le soutien du président de la Fédération guinéenne de football. "Arrêtez ça vous aussi. Arrêtez ça! Quand il y a des victoires, vous êtes contents et quand il y a une défaite, vous dites que c’est l’entraîneur...", a répondu Antonio Souaré aux journalistes.

"Il est injuste de tout mettre sur le dos du sélectionneur national. Rappelons qu'il a été privé de préparateur physique et de kinésithérapeute lors du match contre la Tunisie. Il n’est un secret pour personne que l’ancien coach du Horoya AC est le meilleur technicien local, sans pour autant représenter le candidat idéal au poste de sélectionneur national", estime le journaliste sportif Tanou Diallo dans les colonnes de Guineenews. Et d'expliquer la raison pour laquelle le coach guinéen a été préféré aux autres pour remplacer Luis Fernandez: son modeste salaire (15.000 euros par mois).
 


LIRE AUSSI : Guinée-Football: Naby Keita, le "Made in Guinea" devenu l'africain le plus cher de l'histoire



Hormis les déboires de l'équipe nationale A, c'est tout le football guinéen qui est remis en cause. En Inde, les espoirs placés dans l'équipe des moins de 17 ans sont en train de fondre pour la Coupe du monde. Déjà battus par l'Iran (3-1), les cadets guinéens ont concédé mardi un nul fâcheux (2-2) contre le Costa Rica. En septembre dernier, c'est le Syli féminin qui a subi l'humiliation face aux Camerounaises (0-9) à Conakry.

L'analyste Moise Sidibé croît connaître la raison de ces mauvaises performances. "Beaucoup ne veulent pas regarder la réalité en face: la Guinée n’est plus une grande nation de football. La raison est connue de tous: pas de footballeurs de grand niveau, pas de terrain de jeu, tout a été vendu à Conakry", explique-t-il dans un article publié sur Guineenews.

Le 11/10/2017 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou