Fermer

Terrorisme: la base américaine des drones d’Agadez, au Niger, est opérationnelle

Mise à jour le 06/11/2019 à 14h40 Publié le 06/11/2019 à 14h39 Par Kofi Gabriel

#Société
Drones armés
© Copyright : DR

#Mali : Après celle de Djibouti, les Etats-Unis disposent désormais d’une seconde base opérationnelle de drones en Afrique. La base aérienne 201 d’Agadez, au Niger, est désormais opérationnelle. Les premiers vols ISR –renseignement, surveillance et reconnaissance- des drones ont déjà eu lieu.

Les Etats-Unis musclent davantage leur dispositif antiterroriste en Afrique, en particulier au Sahel, en inaugurant leur seconde base de drones sur le continent.

Ainsi, après la base américaine de Djibouti, le Commandement Afrique (AFRICOM) vient d’annoncer le début des premiers vols de drones de renseignement, surveillance et reconnaissance à partir de la base aérienne 201 d’Agadez, au nord du Niger.

Sans le préciser, ces vols sont certainement effectués par des drones Reaper. Il s’agit de drones qui peuvent être armés ou non, sachant que l’accord signé entre les Etats-Unis et le Niger permet aux Américains de déployer dans cette base des drones armés, comme c’est le cas au dans la base de Djibouti qui sert de base arrière dans la lutte contre les Shebab somaliens.


LIRE AUSSI: Sahel: le Pentagone veut augmenter la posture militaire américaine en Afrique


Rappelons qu’avant l’inauguration de la base aérienne 201, les drones américains étaient basés à Niamey, la capitale du Niger. Toutefois, pour mieux surveiller la région sahélo-saharienne, la base d’Agadez, situé au nord du Niger, est l’endroit idéal pour surveiller cette vaste région, qui couvre le nord du Niger, le Tchad, le nord est du Mali, et le sud de la Libye.

L’inauguration de cette base intervient à un moment où on note une recrudescence des attaques terroristes dans le Sahel.

Les dernières attaques, très meurtrières, ont particulièrement concerné le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Les travaux de cette importante base aérienne ont démarré en 2016. Le coût de l’infrastructure dépasse les 120 millions de dollars. La base est en mesure d’accueillir des avions civils, des drones et des avions de transport de type C-130 et C-17.


LIRE AUSSI: Somalie: les Shebab attaquent une base américaine et un convoi militaire de l'Union européenne


Le premier atterrissage d’un avion sur cette base a eu lieu le 3 août dernier, lorsqu’un C-130J Super Hercules de l’armée de l’air américaine basée en Allemagne, y a atterri.

Enfin, rappelons qu’en plus des Etats-Unis, la France dispose également de drones Reaper, basés à Niamey. De plus, dans le cadre de l’intensification de la lutte contre les terroristes, les drones français aussi seront dorénavant armés.
Le 06/11/2019 Par Kofi Gabriel