Fermer

L’Office du Niger, un potentiel agricole exceptionnel à exploiter

Publié le 07/03/2016 à 14h31 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Economie
Barrage
© Copyright : DR

#Mali : Situé dans la quatrième région administrative du Mali (Ségou), l’Office du Niger est le plus ancien des périmètres irrigués de l’Afrique de l’Ouest et l’un des plus étendus. Il offre un énorme potentiel d’investissement dans l’agriculture.

Créé dans le delta central du fleuve Niger par le colon français en 1932, l’Office du Niger, avec ses immenses superficies de terres aménageables, constitue aujourd’hui l’outil privilégié de la souveraineté alimentaire du Mali et de la sous-région ouest africaine.

Conçu pour devenir le principal fournisseur de coton des industries textiles de la France coloniale et nationalisé le 19 mai 1961, l’exploitation de ce vaste périmètre a connu des mutations avec l’abandon de la mono-culture du coton en 1973 au profit du riz, des cultures maraîchères, du maïs, des pommes de terre, de la canne à sucre, etc.

A cela, s’y ajoute la pisciculture à laquelle le gouvernement malien vient d’affecter un milliard FCFA pour soutenir le développement de ce secteur.

Toutefois, le potentiel de ce bassin est loin d’être totalement exploité et offre d’importantes opportunités d’investissement et de développement agricole. C’est ainsi que l’Etat malien et ses partenaires ont entrepris un processus d’aménagement et d’extension des terres cultivables du bassin.

Et selon une note technique de la direction de l’Office du Niger, à la date du 31 octobre 2015, la superficie potentielle de la zone affectée en gérance à l’Office ressortait à 2.458.506 ha. Sur cette superficie, 127.038 ha sont repartis entre 67.005 exploitants agricoles familiaux et les aménagements privés, 92.592 ha détenus par 589 promoteurs sous contrat de bail, dont seulement 15.497 ha aménagés. Il faut y ajouter 434 ha exploités sous contrat de bail non agricole, 108.894 ha sous contrat annuel d’exploitation, et, enfin, 335.539 ha sous lettre d’accord de principe en cours de validité.

Ainsi, la superficie disponible (non aménagée et non attribuée) est estimée actuellement à 1.868.682 ha, soit 76% du foncier de l’Office du Niger. Un potentiel exceptionnel à amenéger afin d'accroître la production agricole du Mali et contribuer à l'autosuffisance et à la sécurité alimentaire du Mali. 

Il faut aussi noter par ailleurs que tout le système d’exploitation repose sur le Barrage de Markala, situé à 35 km de Ségou, la capitale régionale. Cette infrastructure construite entre 1934 et 1947, longue de 816 m et dotée de 488 vannes mobiles, est la pièce maîtresse des aménagements hydro-agricoles de l’Office du Niger.

C’est dire qu’après plus de 80 ans d’existence, l’Office du Niger reste une mine d’or à ciel ouvert, avec d’énormes possibilités d’investissements agricoles aussi bien de la part des investisseurs maliens qu’étrangers, grâce à l’existence de terres arables abondantes et fertiles, et la proximité de l’eau du fleuve Niger.

Le 07/03/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté