Fermer

Mali: Randgold verse une fortune au Trésor pour solder son contentieux fiscal

Mise à jour le 22/10/2016 à 16h53 Publié le 22/10/2016 à 16h14 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Economie
or
© Copyright : OR

#Mali : C’est un début de solution à la crise qui oppose la société minière Randgold et le Mali. Les autorités maliennes avaient même procédé à la fermeture des bureaux de la société à Bamako. Randgold a réagi finalement en versant une rondelette somme. Mais, ce n'est pas encore assez.

Selon une source proche du dossier citée par l’hebdomadaire Aujourd’hui Mali, la société minière Randgold aurait versé 15 milliards FCFA au Trésor malien pour rouvrir ses locaux à Bamako après la fermeture de ceux-ci par les autorités afin de l'obliger à payer ses arrièrés au fisc. 

Pour rappel, suite à un contrôle fiscal simultané de trois de ses filiales à savoir, Somilo, Gounkoto et Kankoumoussa, les bureaux de la plus grande société minière opérant au Mali avaient été fermés le 4 octobre dernier, par les services fiscaux du Mali pour non-paiement d’impôts. Les comptes bancaires de la société ont également été saisis.

Trois semaines plus tard, la puissante société se serait résolue à s’acquitter de son devoir. Elle a versé 15 milliards FCFA (23 millions d'euros) au Trésor afin de retourner dans ses bureaux de la capitale malienne. 

L’affaire qui a défrayé la chronique à Bamako a été conduite d’une main de fer par le ministre de l’Economie et des finances Dr Boubou Cissé qui avait annoncé lors d’une rencontre mardi avec la presse que le paiement de ce montant était une condition sine qua non pour la réouverture des bureaux de la société minière au Mali et la poursuite des négociations.

Reste qu'avec le versement des 15 miliards de FCFA, on est encore très loin du compte. En effet, le fisc malien réclame quelque 45 milliards de FCFA d'impôts non payés à Randgold. Ce que l'opérateur conteste bien évidemment. Affaire à suivre...

Le 22/10/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

à lire aussi