Fermer

Vidéo. Mali. Eau: la SOMAGEP et la SOMAPEP valident leur plan stratégique à 2035

Mise à jour le 21/10/2019 à 14h06 Publié le 21/10/2019 à 14h04 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Economie
Vidéo. Mali. Eau: la SOMAGEP et la SOMAPEP valident leur plan stratégique à 2035
© Copyright : DR

#Mali : La Société malienne de gestion de l’eau potable (SOMAGEP) et à la Société malienne de patrimoine de l’eau potable (SOMAPEP), ont tenu, cette semaine à Bamako, un atelier de validation du Plan stratégique de gestion de l’eau au Mali à l’horizon 2035. Voici les objectifs assignés à cette stratégie.

Les différentes parties prenantes du secteur de l’eau au Mali, notamment l’État, le Comité de régulation de l’eau et de l’électricité (CREE), la SOMAGEP, la SOMAPEP et un panel de consommateurs sont parvenus à valider ce Plan stratégique pour une meilleure gestion des ressources hydriques au Mali.

Les travaux, présidés par le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Sambou Wagué, ont permis de valider la vision 2035 de ces sociétés de l’eau au Mali (SOMAGEP et SOMAPEP).


LIRE AUSSI: Plus de 660 millions de personnes n'ont pas accès à l'eau potable


Ce plan devra garantir un accès permanent à l’eau potable au Mali et cela, à un prix raisonnable pour les Maliens disposant d'un revenu médian. L’excellence dans la gestion des ressources hydriques est le principal facteur recherché par les deux sociétés maliennes à travers ce Plan stratégique.


Le second objectif de ce plan est de faire en sorte que les ressources hydriques du pays puissent contribuer grandement à l’économie du pays et assurer à ces sociétés une autonomie financière, tout en restant conformes aux normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière de santé.

Etant donnéel’interdépendance entre les deux sociétés de fourniture d’eau au Mali, le président du Conseil d’administration de la SOMAGEP, Younouss Hamèye Dicko, a estimé qu’il était nécessaire que les deux sociétés conjuguent leurs efforts pour élaborer ce Plan stratégique commun.
Le 21/10/2019 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

à lire aussi