Fermer

Bamako s’apprête à vivre une journée mouvementée le 21 mai

Publié le 20/05/2016 à 16h00 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Politique
Bamako
© Copyright : DR

#Mali : Le 21 mai 2016 est la date retenue pour deux évènements majeurs dans la capitale. Il s’agit de l’organisation de la marche de l’opposition et la tenue d’un grand meeting pour la paix et la réconciliation initié par la majorité et les amis de l’ancien Président de la République, Amadou Toumani Touré.

En clair, c’est un duel à distance auquel on assistera à Bamako, la capitale malienne, entre la majorité et l’opposition. En ce qui concerne la marche de l’opposition, elle regroupera l’ensemble des militants des partis de l’opposition avec à leur tête l’URD, le parti du chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, le PARENA de Tiéblé Dramé, le Fare An Ka Wili de l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé. En plus, plus de 300 associations de la plateforme «Ras-le-bol» ont annoncé leur participation à cette marche qui partira de la place de la liberté pour prendre fin au pied du monument de l’indépendance.

Il s’agit pour l’opposition de dénoncer la vie chère, la mauvaise gouvernance, les coupures d'électricité, l'arrogance et le mépris, les pénuries d'eau, l'insécurité, la corruption généralisée, l'ingérence de la famille du président dans les affaires de l'Etat, la dilapidation des ressources du pays, la mauvaise gestion de la crise du nord, le détournement des ressources destinées à la Défense et à la Sécurité du pays et d’exiger la tenue des concertations nationales en vue de sauver le Mali.

Quant au grand meeting pour la paix et la réconciliation qu’organisent la majorité et les amis du président ATT, le parti au pouvoir le veut une réplique à la marche de l’opposition.

La coïncidence des deux évènements a donné lieu à des passes d’armes entre la majorité et l’opposition. En attendant, tout Bamako retient son souffle, et se prépare à une journée mouvementée avec la démonstration de force des militants et sympathisants des deux partis de la scène politique malienne.

Le 20/05/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté