Fermer

Vidéo. Insécurité au Mali: l'Accord d'Alger pointé du doigt

Mise à jour le 22/06/2017 à 16h55 Publié le 22/06/2017 à 16h49 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Politique
Vidéo. Insécurité au Mali: l'Accord d'Alger pointé du doigt
© Copyright : DR

#Mali : Alors que le président Ibrahim Boubakar Keita a abandonné son projet de réforme constitutionnelle, les acteurs de la société civile analysent la situation. Beaucoup estiment que l'Accord parrainé par Alger est à l'origine de l'insécurité et pourrait mener vers la scission du pays.


Face à la recrudescence de l’insécurité au Mali en général et à Bamako en particulier, qui a d’ailleurs semé la panique dans l’esprit de tous les citoyens -de l’attaque du campement Kangaba, en passant par la crise entre Peulhs, Bambaras et Dogons, l’alerte à la voiture piégée-, la population ne sait plus sur quel pied danser.  

La société civile se penche sur cette situation d'insécurité jamais vécue au Mali depuis 1960. Pour certains, il faut regarder du côté d'Alger qui a parrainé un accord inapplicable et qui n'est pas dans l'intérêt des Maliens. A force de vouloir satisfaire les anciens rebelles, le voisin algérien pousse le Mali dans une mauvaise voie. D'ailleurs, c'est pour satisfaire à certains termes de l'accord que le président Ibrahim Boubacar Keita a voulu réformer la constitution. Sauf qu'à Bamako, une forte mobilisation lui a montré que les Maliens ne voulaient pas de cette réforme. 

 

Le 22/06/2017 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté