Fermer

Mali et Burkina Faso: de graves accusations contre les forces armées

Mise à jour le 09/09/2017 à 07h55 Publié le 09/09/2017 à 07h47 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
HRW

#Mali : Human Rights Watch (HRW), l'ONG américaine de défense des droits humains, accuse l'armée de graves violations de droits de l'homme dans le cadre des opérations contre les groupuscules islamistes, dans un document publié vendredi.

Les opérations militaires menées par les forces armées du Mali et du Burkina Faso avec l’objectif de contrer la présence croissante de groupes armés islamistes dans le centre du Mali donnent lieu  à de graves  violations de droits humains, selon un rapport de Human Rights Watch (HRW), l'ONG américaine de défense des droits de l’homme rendu public vendredi à Washington.

Ainsi «depuis la fin de l’année 2016, les forces armées maliennes se sont rendues coupables d’exécutions extra-judiciaires, disparitions forcées, actes de tortures, arrestations arbitraires à l’encontre d’individus accusés de soutenir les groupes armés islamistes, tandis qu’une opération effectuée en juin 2017  à travers la frontières avec les forcées armées burkinabè  s’est soldée par la mort de deux suspects».


LIRE AUSSI: Burkina Faso: le commando "probablement venu du nord du Mali"

HRW illustre  ses accusations  par «des fosses communes  dans lesquelles auraient été  ensevelis les cadavres d’au moins 14 personnes, exécutées  après avoir été détenues depuis décembre 2016 par des militaires maliens. A plusieurs reprises, les forces armées maliennes ont fait subir des brutalités, des brûlures  et des menaces  à des dizaines d’hommes accusés de soutenir des mouvements islamistes armés ».

Par ailleurs, le document de HRW  évoque « 27 cas de disparition forcée dans lesquels le gouvernement malien n’a fourni aucune information à leurs familles, restées depuis lors sans nouvelles ».

Sur la base de ces différents éléments,  Corinne Difka, directrice adjointe  de la division Afrique de l’ONG, constate avec désolation « la logique perverse consistant à tuer ou faire disparaître  des personnes au nom de la sécurité alimente  le cycle croissant de la violence  et des abus au Mal ».

Les exactions ainsi dénoncées ciblent des individus présumés appartenir au Front de Libération du Macina (FLM)  de Amadou Kouffa, issus de l’ethnie peule.

Le 09/09/2017 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya