Fermer
#Politique

Vidéo. Mali. Plusieurs incidents ont entaché le scrutin, selon les observateurs maliens

Mise à jour le 02/08/2018 à 16h37 Publié le 02/08/2018 à 16h35 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Mali : Les observateurs maliens du scrutin présidentiel estiment que plusieurs incidents ont entaché le bon déroulement du vote le 29 juillet dernier.


Pour le premier tour de l’élection présidentiel qui vient de se dérouler, le Pool d'observation citoyenne pour le Mali (POCIM) a déployé plus de 2.000 observateurs. Le POCIM a rendu public cette semaine à l’hôtel Radisson Blu, les résultats de ses observations.



>>>LIRE AUSSI: Mali. Présidentielle: Soumaïla Cissé, un intellectuel à la conquête du palais Koulouba

Le POCIM a constaté et relevé avec regret plusieurs incidents qui ont entaché le bon déroulement du scrutin du 29 juillet. Ces incidents sont relatifs aux actes de violence dans les bureaux de vote, aux procédures d’identification des électeurs et aux cas d’intimidation, de fait de campagne et d’absence de matériels de vote (lampe, torche, urne, isoloir, mauvaise qualité d’encre) dans plusieurs centres de vote de certaines communes du district de Bamako et de la commune de Kati.

A Bamako, Kayes et Koulikoro, les observateurs ont constaté une non-assistance aux personnes en situation de handicap. Dans certaines localités des régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Mopti, Gao et Bamako, il a été signalé des tentatives d’utilisation de plus de deux procurations par certains mandataires. De façon globale, le POCIM constate que le scrutin s’est déroulé avec des incidents et des attaques dans certaines localités de la région de Taoudénit et du cercle de Niono dans la région de Ségou. 


Le POCIM a été mis en place par plusieurs organisations, notamment l’Observatoire pour les élections et la bonne gouvernance au Mali, le Groupe pivot droits et citoyenneté de la femme (GPDCF) , le Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJM) et les Volontaires pour le Mali (VPM).

Il a pour objectifs d’informer, d’éduquer et de communiquer sur l’encadrement légal des élections et l’exercice du droit de vote. 

 

Le 02/08/2018 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté