Fermer

Mali: implantation d'une nouvelle base militaire française au centre du pays

Mise à jour le 04/04/2019 à 09h12 Publié le 04/04/2019 à 09h02 Par Mehdi Heurteloup

#Politique
Force Barkhane
© Copyright : DR

#Mali : La force française au Mali s'implante dans la région de Gourma, au centre du Mali. Une présence stratégique dans une zone marquée par les attaques de jihadistes et des conflits intercommunautaires.

Dans une région en proie à de fortes tensions intercommunautaires et à la présence de nombreuses milices terroristes. La force française Barkhane, déjà présente au Mali, renforce sa présence en s’implantant dans la ville de Gossi au centre du pays.

Et c’est sur l’ancienne base de la force onusienne MINUSMA à Gossi, qui se situe dans la région aride du Gourma, qu’a décidé de s’installer la force française Barkhane pour renforcer sa présence dans le centre du pays.

Le choix de cette implantation n’est pas anodin. La zone frontalière du Burkina Faso est stratégique, a fait savoir le général Frédéric Blachon commandant de la force Barkhane.


LIRE AUSSI: Mali: 21 soldats tués lors d'une attaque contre un camp de l'armée


"Nous avons choisi de nous étendre dans le Gourma, une zone contigüe, qui, comme le Liptako, est une zone frontière, cette fois avec le Burkina Faso. Ces zones frontalières sont les endroits les plus recherchés par les terroristes pour trouver refuge et mener leurs actions", a-t-il souligné.

Les soldats français ont commencé à patrouiller dans la ville de Gossi depuis mi-janvier déjà avec pour objectif "de permettre à la population de circuler normalement tout en poursuivant notre lutte antiterroriste, et empêcher les groupes armés terroristes de se ravitailler", explique le lieutenant Gauthier, membre de la force française.

En effet la ville de 45.000 habitants est le poumon économique de la région et abrite divers commerces. Cette présence dissuasive pourrait affaiblir les terroristes en les empêchant de se ravitailler.


LIRE AUSSI: Mali. Massacre de Peuls: les jihadistes du GSIM menacent les milices dogons et les Français


Des opérations civilo-militaires ont aussi été lancées dans plusieurs quartiers de la ville, dont la construction d’un puits.

Ces opérations visent à gagner la confiance de la population en améliorant son quotidien. "Depuis notre arrivée on a mis l’accent sur l’eau, l’éducation et l’emploi. Le désœuvrement est un terrain fertile pour le banditisme", a souligné l’adjudant Pierre, chef des opérations militaires à Gossi.

Ce déploiement de la force Barkhane dans la région serait une réponse aux menaces des jihadistes du "Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans", de plus en plus présents dans cette région du Mali marquée par des conflits intercommunautaires qui se sont tendus d’avantages suite au massacre de plus de 150 Peuls dans le village d’Ogossagou par un groupe de miliciens dogons.

Ce renforcement de la présence française au centre du pays sonne comme une première réponse des dirigeants français, très critiqués et accusés de complicité vis-à-vis des milices, et pourrait éviter que la situation ne dégénère en un conflit intercommunautaire auquel se mêleraient les milices terroristes. Des jihadistes qui ont déjà menacé de représailles les milices dogons et les forces françaises présentes au Mali.  
Le 04/04/2019 Par Mehdi Heurteloup