Fermer

Vidéo. Mali: voici le quotidien des actrices associatives qui soutiennent les "enfants des rues"

Mise à jour le 25/08/2019 à 13h27 Publié le 25/08/2019 à 13h15 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Politique
Le quotidien des promotrices d'association de soutient des enfants de la rue
© Copyright : DR

#Mali : Les "enfants des rues" font partie du paysage de la capitale malienne. Délaissés, ils mendient pour survivre. Certaines personnes, membres d'ONG, offrent du réconfort à ces enfants. C'est le cas de Kadia Dème, qui les encadre et les protège depuis 18 ans, à Bamako.

A Bamako, la capitale malienne, à l’instar des capitales des pays voisins, les enfants des rues font partie de la réalité urbaine. A chaque carrefour, ils sont présents en nombre pour mendier de quoi survivre.

Face à cette situation, et devant l’impuissance des autorités, certaines personnes tentent d’atténuer la souffrance de ces enfants et essaient de leur offrir un avenir meilleur.


LIRE AUSSI: Le retrait des enfants de la rue, une injonction des Américains ?


C’est le cas de Kadia Dème, restauratrice de profession, qui s’est intéressée à l’encadrement des enfants de la rue, depuis bientôt deux décennies.

Depuis 18 ans, elle reçoit les enfants abandonnés, mais aussi des enfants en situation difficile et des handicapés.

Les enfants sont admis à l'ASHED (Association pour le soutient des handicapés et enfants démunis), et les plus jeunes y reçoivent un enseignement préscolaire et scolaire.


D’autres, plus âgés, sont orientés vers des ateliers de formation professionnelle.

En 18 ans d’existence, l’association de Kadia Dème, soutenue par certaines ONG et des personnes de bonnes volontés, a encadré et formé plusieurs enfants abandonnés. Certains sont parvenus à se prendre en charge.
Le 25/08/2019 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

à lire aussi