Fermer

Mali: Kidal, report de la réunion du Comité de suivi de l'accord de Paix d'Alger

Mise à jour le 18/09/2019 à 09h02 Publié le 18/09/2019 à 09h01 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
accord de paix
© Copyright : DR

#Mali : Une réunion du comité de suivi de l’accord (CSA) de paix d’Alger de 2015 censé rapporter la paix au Mali, qui devait se tenir pour la première fois mardi à Kidal (nord), a été reportée par Bamako “pour des raisons d’Etat impératives”.

Ces réunions du CSA, au nombre de 37 depuis 2015, réunissent les trois parties signataires de l’accord -le gouvernement malien, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, rébellion à dominante touareg) et la Plateforme (composée de groupes armés pro-gouvernementaux)- pour surveiller sa mise en application.

C‘était la première fois depuis 2015 qu’une réunion du CSA devait être délocalisée dans le nord du Mali, symbole d’un retour progressif de l’Etat malien dans les régions du nord et de l’application de l’accord de paix.

Mais dans une lettre obtenue mardi par l’AFP, le président du CSA, l’Algérien Ahmed Boutache, a indiqué aux membres du comité de suivi que la réunion de Kidal avait été reportée par Bamako “pour des raisons d’Etat impératives”.


LIRE AUSSI: ONU-Mali: le Conseil de Sécurité tente de remettre l'Accord d'Alger sur les rails


A cette réunion devaient assister, en plus des membres du comité de suivi, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta et le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum.

Intervention d’“éléments nouveaux”

“Des éléments nouveaux (sont) intervenus”, a déclaré lundi devant des diplomates, pour justifier ce report, le chef de la diplomatie malienne, Tiébilé Dramé, sans plus de précisions, selon une source diplomatique à Bamako.


LIRE AUSSI: Vidéo. Accord d'Alger: le comité de suivi fait le point avec les protagonistes maliens


La ville de Kidal, sous le contrôle de la CMA, est au coeur de la zone sahélienne en proie à des violences jihadistes et communautaires depuis mars-avril 2012. A l‘époque, la région était tombée sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, à la faveur de la déroute de l’armée face à la rébellion à dominante touareg, d’abord alliée à ces groupes qui l’ont ensuite évincée.

Les groupes rebelles avaient signé en 2015 l’accord de paix avec Bamako, tandis que les jihadistes continuent de sévir dans une large partie du Sahel malgré des interventions militaires étrangères (française et de l’ONU) et la présence d’une force de la coalition régionale G5 Sahel aux résultats encore très minces.

La 38e réunion du CSA devra finalement se tenir à Bamako et, selon le souhait de Boutache dans sa lettre, “d’ici la fin de la semaine”. 
Le 18/09/2019 Par Le360 Afrique - Afp