Fermer

Vidéos. Mali: nouvelle démonstration de force de l'Imam Dicko et du M5

Mise à jour le 20/06/2020 à 15h25 Publié le 20/06/2020 à 11h06 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Politique
Mali. Images des manifestations du M5 vendredi 19 juin
© Copyright : le360/Diemba Moussa Konaté

#Mali : Malgré l'intervention de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour apaiser les tensions, l'opposition malienne, regroupée autour de la plateforme du M5, a de nouveau occupé les rues de Bamako.


Après la manifestation monstre du 5 juin, l'opposition malienne regroupée autour du très charismatique Imam Mahmoud Dicko a de nouveau arpenté les rues de la capitale malienne demandant la démission du président malien. 


>>>LIRE AUSSI: Mali: le président IBK tend la main à l'imam Dicko et sa coalition

Dès la fin de la prière du vendredi, le tintamarre des sifflets et des vuvuzelas a succédé au sermon de la grande mosquée de Bamako. Les partisans du M5 et des dizaines de milliers d'habitants de la capitale ont investi, une nouvelle fois, le boulevard de l'Indépendance menant vers le palais de Koulouba.



Cette fois, l'Imam Dicko et ses acolytes ont voulu passer à la vitesse supérieure, notamment en envoyant des émissaires dans la résidence du président Ibrahim Boubacar Keïta afin de lui remettre une lettre exigeant sa démission immédiate.



Mais, ces envoyés bien spéciaux de l'opposition n'ont pas pu atteindre leur destination. Ils ont été dispersés avant d'atteindre Koulouba.


>>>LIRE AUSSI: Mali: des représentants de l'ONU, de la CEDEAO et de l'UA rencontrent l'influent imam Dicko


La délégation de très haut niveau, constituée de trois ministres des Affaires étrangères du Niger, du Nigeria et de la Côte d'Ivoire et du président de la Commission de la CEDEAO, n'a donc pas réussi à apaiser les tensions.

Ils avaient obtenu du président IBK l'annulation des résultats de circonscriptions contestées lors des dernières législatives, tenues en mars dernier, au début de la pandémie. Des résultats qu'avait pourtant validés la Cour constitutionnelle malienne et qui sont donc à l'origine de cette crise politique sans précédent.

Visiblement, cette dernière démonstration de force montre que la crise malienne n'est pas sur le point d'être dénouée.




Le 20/06/2020 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté