Fermer

La Plateforme et le gouvernement absents du Forum de Kidal

Publié le 29/03/2016 à 17h24 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
forum
© Copyright : DR

#Mali : Le forum de Kidal devant réunir les groupes armés (Coordination des mouvements de l’Azawad et la Plateforme, proche de Bamako) et les autorités maliennes s’est transformé en une rencontre de concertation interne des membres de la CMA.

La montagne va-t-elle accoucher d’une sourie ? En tout cas, c’est ce que présage inéluctablement l’issue de cette rencontre qui portait l’espoir d’un possible retour rapide de l’administration à Kidal.

A l’ouverture, ce lundi 28 mars, le président du forum, Alghabass Ag Intalla, a réaffirmé l'attachement à la mise en œuvre diligente de l’accord de paix issu du processus d’Alger.

"Depuis la signature de l’accord de paix, la CMA et la Plateforme se sont investi dans le rapprochement des populations de l’Azawad afin de créer un climat d’entente entre les communautés, chose indispensable pour la mise en œuvre de l’accord de paix".

Pour ce faire,"les leaders de la CMA et de la Plateforme ont initié à partir d’Anefis, une série de rencontres inter et intracommunautaires pour aplanir les différends entre les individus et entre communautés", a déclaré l’ex-chef rebelle.

Regrettant implicitement l’absence de la Plateforme, Alghabass Ag Intalla, a laissé entendre que l’absence de la Plateforme à cet évènement d’importance capitale, malgré l’espoir qu’il a suscité chez les populations et la communauté internationale, ne doit pas freiner leur élan dans la poursuite du plaidoyer en faveur de la paix et de la cohésion sociale entre les populations de l’Azawad.

Toutefois a indiqué Alghabass Ag Intalla, la CMA se donne l’opportunité d’organiser en son nom, une rencontre de concertations internes dans la perspective d’une évaluation de ses activités notamment la mise en œuvre de l’accord de paix issu du processus d’Alger et la consolidation des acquis des différentes rencontres de réconciliation intercommunautaires.

Quel impact auront les conclusions de cette rencontre sur le processus ? C’est toute la question que se pose Bamako au sujet de ce forum dont les conditions d’organisation dénoncées par la Plateforme et le gouvernement n’ont pu permettre à ces deux acteurs majeurs d’y prendre part. La fin des travaux de la rencontre est prévue pour demain.

Neuf mois après la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, la ville rebelle de Kidal reste interdite aux autorités maliennes.

Il faut tout de même signaler la présence du député Oumar Mariko, élu à Kolondiéba, président du parti SADI et membre de la majorité présidentielle.

Le 29/03/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté