Fermer

La situation des droits de l’homme reste très préoccupante au Mali

Publié le 31/03/2016 à 21h05 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
prison dar naim
© Copyright : DR

#Mali : Dans son rapport trimestriel sur la situation au Mali, le secrétaire général de l’ONU évoque des cas violations des droits de l’homme, notamment de faits de tueries, d’exécutions sommaires et de disparitions forcées.

L’insécurité et le non respect des droits humains figurent parmi les amers constats dans le nord malien. Selon le rapport des Nations Unis sur les droits de l’homme au Mali sur la période allant du 17 décembre 2015 au 18 mars 2016, la situation des droits de l’homme est restée très préoccupante.

La Minusma a recueilli des informations sur les violations des droits de l’homme commises par les forces de défense et de sécurité maliennes, la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad), la Plateforme (groupe armé pro-gouvernemental), d’autres groupes armés, des groupes terroristes et extrémistes violents et les forces internationales.

Au total, il a été signalé 34 cas de violation des droits de l’homme et d’atteintes à ces droits, concernant au moins 53 victimes, principalement dans les régions de Kidal, Mopti et Tombouctou (contre 25 cas et 157 victimes dans le précédent rapport) : 17 faits de tueries, d’exécutions sommaires et de disparitions forcées, 12 faits de maltraitance, 2 faits de menace de mort et un fait de détention illégale.

Toujours durant la période considérée (17 décembre au 18 mars), la Minusma a recensé 265 prisonniers détenus pour des raisons liées au conflit et au terrorisme, dont 4 enfants et 72 personnes arrêtés récemment, dans des centres de détention de l’État partout dans le pays. Parmi eux, 124 avaient été arrêtés après la signature de l’accord de paix en juin 2015 pour leur participation présumée à des activités liées au terrorisme.

En février, la CMA a libéré six membres des forces de défense et de sécurité maliennes, et le gouvernement a libéré neuf personnes, dont un enfant et quatre hommes, associées à la CMA. Toutefois, indique le rapport, la CMA a gardé six combattants de la Plateforme en détention, et la Plateforme a gardé un combattant de la CMA.

Dans le contexte des opérations de lutte contre le terrorisme la Minusma a établi que 6 des 13 personnes arrêtées ont subi de mauvais traitements infligés par l’armée malienne.

«Les progrès dans la lutte contre l’impunité restent lents. Les principaux obstacles aux procédures pénales tenaient notamment au manque de ressources logistiques pour les magistrats, à l’insécurité empêchant les autorités judiciaires de mener des enquêtes efficaces, en particulier dans le nord, et à la libération inconditionnelle de certains détenus», peut-on lire dans le rapport.

Le 31/03/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté