Fermer

Grogne dans les banques et établissements financiers maliens

Publié le 12/04/2016 à 16h17 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
grogne des banquiers

Sit-in devant la Banque de l'Habitat du Mali.

© Copyright : DR

#Mali : Les employés des banques, établissements de crédits et compagnies d’assurance étaient en sit-in de deux heures (8h à 10h) ce mardi 12 avril 2016. La mesure a été prise, vendredi dernier, au cours d’une assemblée générale extraordinaire du Syndicat national des banques et établissements financiers.

Les salariés des banques, établissements financiers et compagnies d’assurance ont observé un sit-in ce mardi 12 avril de 2 heures, répondant à l’appel du Syndicat national des banques et établissements financiers (SYNABEL).

Les raisons de cette fronde concernent la non satisfaction de leur cahier des doléances et le rebondissement qu’a connu l’affaire Cissé Technology contre leur camarade de la BICIM Hamadoun Boré.

Contacté par nos soins, le secrétaire général du SYNABEL Aguibou Bouaré donne plus de précisions. «C’est la suite de nos actions depuis 2014. Vous vous rappelez qu’on a mené une grève de 72h,  les 25, 26 et 27 novembre 2015, suite au dépôt d’un cahier de doléances. Les autorités avaient pris des engagements par rapport à l’examen des points de revendication, mais en violation de toutes les lois du droit social, elles n’ont pas mis en place le comité d’arbitrage au sein duquel les négociations devraient continuer. C’est pourquoi, le 8 avril dernier, on a tenu une assemblée extraordinaire suite à laquelle on a décidé d’observer, dans un premier temps, un sit-in devant toutes les banques, établissements financiers et compagnies d’assurance du Mali, et puis après, déposé un préavis de grève pour une semaine».

Le second point évoqué concerne le rebondissement dans l’affaire qui oppose, depuis 2014, le gestionnaire de la BICIM au directeur général de la société Cissé Technology.

Suite à une audience de la Chambre d’accusation, le gestionnaire de la BICIM a été envoyé aux Assises où il sera jugé comme un criminel. «Nous nous révoltons contre cette décision. Au lieu de le libérer en application des lois spécifiques de la profession bancaire, il y a eu un simulacre d’audience au niveau de la Chambre d’accusation qui a finalement envoyé notre camarade aux Assises.

Il sera jugé comme un criminel alors qu’il n’a commis aucune faute professionnelle. Nous sommes tous concernés. Si cette jurisprudence passe, tous les banquiers se retrouveront en prison et le métier de banque ne pourra plus s’exercé au Mali», a-t-il prévenu.

Rappelons que la société Cissé Technology a assigné en justice en 2014 Hamadou Boré, gestionnaire de la BICIM pour avoir payer un chèque au chef comptable de la société sans avoir appelé le titulaire du compte pour confirmation. C’est dire que le climat social sera très tendu dans les jours ou semaines à venir.

Le 12/04/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté