Fermer

Une manifestation contre les forces internationales à Kidal tourne au drame

Publié le 19/04/2016 à 11h30 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
kidal
© Copyright : DR

#Mali : Deux morts et plusieurs blessés, c’est le bilan de cette manifestation contre la force Barkhane (forces françaises) et la Minusma (forces onusiennes), lundi 18 avril dans la ville rebelle de Kidal.

Cette réaction inattendue des populations de la capitale de l’Adrar des Ifoghas serait due à l’arrestation de combattants de la CMA. En effet, trois soldats français de l’opération Barkhane ont été victimes de l’explosion d’une mine mardi 12 avril, non loin de Tessalit dans la région de Kidal. Les enquêtes dans la recherche des poseurs de mines, ont conduit la force Barkhane à l’arrestation de certaines personnes dans les rangs de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), soupçonnées d’activités illicites.
Selon toute vraisemblance, c’est pour protester contre ces arrestations que les populations ont été poussées à manifester contre les forces étrangères. Ce lundi matin, les manifestants, scandant des slogans hostiles à la Minusma et la force Barkhane, ont pris pour cible l’aéroport de Kidal en mettant du feu aux installations. Des tirs ont éclatés faisant deux morts et 7 blessés parmi les manifestants.

Dans son communiqué, la mission confirme les faits, sans mentionner les cas de victimes. «Des manifestants se sont introduits par effraction vers 10h sur la piste de l’aéroport, zone d’accès restreint, saccageant et mettant le feu aux installations sécuritaires. La piste d’atterrissage de Kidal est un élément essentiel pour l’approvisionnement de l’aide humanitaire, le soutien aux populations locales, ainsi que pour les opérations de la Minusma et des forces partenaires», lit-on dans le communiqué.

Toutefois, la Minusma indique qu’en toute transparence elle communiquera sur cet événement ultérieurement. Quant à la CMA, elle a aussi confirmé les événements qui, selon ses responsables, ont coûté la vie à deux manifestants.

Rappelons que dans la région de Kidal, toujours en proie aux actes de banditisme, un véhicule et ses passagers du Comité international de la Croix Rouge ont été enlevés samedi dernier près d'Abeïbara. La semaine dernière, trois soldats français ont trouvé la mort à Tessalit dans l'explosion d'une mine au passage de leur véhicule. Le groupe djihadiste Ançardine a revendiqué leur mort dans un communiqué publié par l'agence Alakhbar (Mauritanie).

Le 19/04/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté