Fermer

L’UE débourse 20 milliards FCFA pour un accès à l’eau et à l’assainissement

Publié le 29/04/2016 à 14h42 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
Pactea

Lancement du programme PACTEA II.

© Copyright : DR

#Mali : Le deuxième programme d'appui aux collectivités territoriales pour l'eau potable et l'assainissement (PACTEA2) a été lancé le 28 avril dernier, à Sanankoroba (localité située à une trentaine de kilomètre de Bamako) par l'Union européenne.

D'un montant de 20 milliards de F CFA, ce programme a pour objectif de contribuer à l'amélioration de la santé des populations des centres ruraux et semi-urbains dans quatre régions du Mali (Sikasso, Koulikoro, Ségou et Tombouctou) par un service public de l’eau et de l’assainissement durable.

Environ 450.000 habitants bénéficieront de cet appui qui portera de 25 à 43% le taux de la population correctement approvisionnée en eau potable. Il est en particulier attendu la réalisation de 80 forages, 70 adductions d'eau potable et 20 systèmes autonomes de production d’eau, la pose de 40  pompes et la construction de 2000 latrines.

Ce programme, d’une durée de 5 ans, prolonge les actions similaires en faveur des collectivités territoriales des régions de Kayes, Ségou et Mopti déjà financées par l’Union européenne entre 2006 et 2012. Ce précédent programme, connu sous le nom de «PACTEA», d’un coût total de 13.4 milliards de FCFA, avait permis l'accès correct à l’eau potable et à de meilleures conditions d’hygiène pour environ 304.000 habitants.

Justifiant le choix des localités couvertes par le programme, la chef de coopération de la délégation de l'Union européenne au Mali, Cécile Tassin-Pelzer, a indiqué qu’il était important que ce programme s’adresse à la fois au Nord et au Sud du pays. «A Tombouctou par exemple, l’accès à l’eau et à l’assainissement est essentiel pour relancer les activités économiques et conforter la cohésion sociale», a-t-elle expliqué.

Ainsi, la réalisation des travaux lancés à Sanakoroba, permettra de couvrir les besoins de la localité jusqu’à l’horizon 2033. Ils porteront sur la construction d’un système d’adduction d’eau potable comportant un château d’eau en béton de 160 m3, un réseau de 18,868 km de longueur, 29 bornes fontaines publiques, 4 branchements administratifs, 8 latrines communautaires et 22 latrines familiales. Le coût total des travaux s’élève à 408.584.339 FCFA.

Pour le ministre malien de l’Energie et de l’eau, Mamadou Frankaly Kéïta, le PACTEA2, fruit de la coopération technique et financière entre le Mali et l’Union européenne, rentre dans le cadre de la contribution à l’atteinte des objectifs du développement durable dans le secteur social.

Le 29/04/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté