Fermer

35 milliards FCFA pour booster le pastoralisme

Publié le 05/05/2016 à 12h54 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
élevage
© Copyright : DR

#Mali : Améliorer le pastoralisme dans les pays du Sahel, c’est l’objectif d’un projet régional appelé Projet d’appui au pastoralisme au Sahel (Praps). Au Mali, c’est 35 milliards FCFA qui y seront injectés pour booster le secteur.

Le Praps concerne 6 pays et sa mise en œuvre s'étalera sur 6 ans (2015-2021). Il a pour objectif d'améliorer l'accès des pasteurs et agropasteurs à des moyens et services de production essentiels et aux marchés dans les zones transfrontalières sélectionnées et le long des axes de transhumance dans les six pays sahéliens. Le budget total du Praps pour l'ensemble des six pays est estimé à 150 milliards de F CFA.

Pour ce qui concerne le Mali, le projet dénommé ‘’Projet régional d'appui au pastoralisme au Sahel (Praps-Mali) qui vient d’être lancé aura un budget de 35 milliards de F CFA, financé par la Banque mondiale (22,5 milliards de F CFA), le gouvernement du Mali (1,125 milliard de F CFA) et les populations bénéficiaires (480 millions de F CFA).

Au Mali, le projet interviendra dans 8 régions, 31 cercles et 220 communes, regroupés dans 3 antennes régionales de zones agro-écologiques. Environ 440.000 personnes bénéficieront directement du projet, dont 132.000 femmes et jeunes. Sa mise en œuvre va permettre de sécuriser les modes d'existence et les moyens de production des populations pastorales.

Globalement, la mise en œuvre du Projet régional d'appui au pastoralisme au Sahel (Praps) devra permettre d'accroître le produit brut des activités d'élevage d'au moins 30% dans les 6 pays concernés (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad) au cours des cinq prochaines années.

A noter que le Projet régional d'appui au pastoralisme au Sahel (Praps) fait partie de l'Initiative Sahel lancée par la Banque mondiale en 2013. Il s'inscrit en droite ligne de la "Déclaration de Nouakchott sur le pastoralisme".

Le 05/05/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

à lire aussi