Fermer

Mali: après l'affront, un GTIA de plus de 600 militaires envoyé à Nampala

Publié le 04/08/2016 à 19h49 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
armée malienne
© Copyright : DR

#Mali : Le ministère malien de la Défense et des anciens combattants a annoncé jeudi, lors d’un point de presse, la dotation du camp militaire d’un Groupement tactique inter-armes (GTIA) de plus de 600 hommes et plus de 100 véhicules. Objectif, faire face à la menace terroriste au centre du Mali.

Après l’attaque meurtrière de Nampala, les autorités ont décidé de renforcer les capacités de l’armée à Nampala. Ainsi, le camp militaire a été doté d’un GTA de plus de 600 hommes et plus de 100 véhicules.

«Des dispositions ont été prises pour renforcer Nampala. Aujourd’hui c’est un Groupement tactique inter-arme (GTIA) de plus de 600 hommes à 100% de ses capacités (plus de 100 véhicules) qui est déployé à Nampala avec des équipes de terrassement du génie pour procéder à des travaux d’aménagement de terrain», a déclaré le colonel Abdoulaye Sidibé.

Le porte-parole du ministère de la Défense est revenu sur le bilan de l’attaque terroriste du 19 juillet à Nampala. La mission d’enquête de commandement diligentée sur le terrain par le chef d’état major général des armées évoque, dans son rapport, un bilan de 17 morts, 37 blessés (au lieu de 35 précédemment) et six (6) militaires portés-disparus. Cette déclaration s'est faite au lendemain de l'annonce du groupe terroriste ançardine qui affirme detenir cinq prisonniers militaires lors de l’attaque de Nampala.

L’heure est grave, affirme le porte-parole du MDAC. «Nous sommes un pays en guerre, nous invitons tous les Maliens à l’union sacrée autour des forces armées et de sécurité. Ce combat que nous menons n’est pas celui des forces armées uniquement, c’est celui de la nation toute entière», a déclaré le colonel Sidibé, qui a appelé les hommes des médias, les leaders religieux et la société civile à ne pas se tromper de combat et à aider les FAMA -Forces armées maliennes- dans la lutte contre le terrorisme.
Le 04/08/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté