Fermer

Mali: Bamako dispose désormais d’une cartographie numérique à grande échelle

Mise à jour le 07/10/2016 à 08h30 Publié le 07/10/2016 à 08h08 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté

#Société
cartographie de bamako
© Copyright : DR

#Mali : La ville de Bamako dispose désormais d’une cartographie à échelle 1/5000 à jour et précise. Réalisée avec le soutien de lAgence japonaise de coopération internationale (JICA) et l’Institut géographique du Mali (IGM), celle-ci permet d’appréhender convenablement plusieurs problèmes de la capitale.

Fruit de la coopération entre le Mali et le Japon à travers l’Agence japonaise de coopération Internationale (JICA) et l’Institut géographique du Mali (IGM), cette cartographie permet d’adapter les réalités urbaines aux exigences de développement.

Face à une urbanisation galopante et anarchique, cet outil sert comme instrument de base pour l’aménagement des infrastructures telles que les routes, les projets d’alimentation en eau, de fournitures d’électricité et d’assainissement, la gestion des différentes activités du développement urbain, notamment le cadastre et le foncier auxquels la capitale malienne est confrontée, la réalisation d’autres infrastructures socio-sanitaires et la gestion du problème sécuritaire.

La réalisation de ce projet dont les résultats ont été présentés le jeudi 06 octobre, a été rendu possible grâce à un financement non remboursable du Japon qui a permis, en plus de cette réalisation, la conception de quarante-huit (48) feuilles de cartes à l’échelle de 1/50000 dans la zone de Kita, Sirakoro et Bafing-Makana dans la région de Kayes.

A noter que la population de Bamako, selon les derniers recensements, est passée de un million en 1998 à 1,8 million en 2009. L’exode rural vers la capitale a créé une prolifération de zones d’établissement non contrôlées et une extension urbaine anarchique. Chaque année, des inondations provoquent la mort de dizaines de personnes du fait de ces constructions anarchiques jusque dans le lit du fleuve.
Le 07/10/2016 Par De notre correspondant à Bamako Daouda Tougan Konaté