Fermer

Vidéo. Mali: la technique ancestrale de tissage du coton survit à la modernité

Mise à jour le 04/11/2018 à 16h12 Publié le 04/11/2018 à 14h32 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Mali: la technique ancestrale de tissage du coton survit à la modernité
© Copyright : DR

#Mali : Les artisans tisserands maliens n’ont pas fait évoluer leur méthode de tissage depuis des siècles. Ils transforment le coton pour créer des motifs tissés, appréciés pour leur qualité, et servant à divers usages.

L’activité de tissage traditionnel est encore vivante au Mali. La méthode n’a pas évolué depuis des siècles. Les tisserands, avec une cadence régulière, presque machinale, tels des métronomes, font passer la navette de fil entre les mailles, de droite à gauche du métier à tisser à longueur de la journée. Au final, on obtient des étoffes de tissu selon les motifs et les couleurs souhaitées.


Les produits des tisserands servent pour l’habillement (chemises, pagne, etc.), couvertures, tissu de décoration intérieure, tapis, etc. Les pièces sont vendues entre 12.500 et 15.000 FCFA sur le marché.

Pour la matière première, le fil à coton, les tisserands maliens sont bien fournis, le Mali étant l’un des plus grands producteurs de coton du continent. Le pays s’attend à une production de 750.000 tonnes de coton graine au titre de l’année en cours. Une partie de cette production est transformée par la Compagnie malienne des textiles (Comatex) en fibres servant de matière première aux tisserands.


LIRE AUSSI:


Le travail du tissage se pratique sous un arbre, dans la rue, etc. Du coup, les tisserands maliens sollicitent une subvention de l’Etat, comme c’est le cas au Burkina Faso, pour continuer à être compétitifs.

Enfin, il faut noter que le logo du parti du Rassemblement pour le Mali du président Boubacar Keita est le tisserand.
Le 04/11/2018 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté