Fermer

Vidéo. Mali: l’excision féminine, une pratique néfaste qui perdure

Mise à jour le 13/11/2018 à 17h28 Publié le 13/11/2018 à 17h09 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Mali: l’excision une pratique néfaste qui perdure
© Copyright : DR

#Mali : Plan International et Global média campaign ont initié une campagne contre les mutilations génitales féminines, menée auprès des communautés pour l’abandon de l’excision. Cette pratique est très répandue au Mali où le taux d’excision atteint 91% chez les femmes âgées de 15 à 45 ans.

Malgré les multiples initiatives de lutte visant à éliminer l’excision, cette pratique résiste en Afrique de l’ouest en général, et au Mali en particulier.


Face à cette situation, Global média campagne et le Plan International Mali ont organisé une rencontre sur les conséquences néfastes des mutilations génitales faites aux femmes et aux filles. Les ONG expliquent ainsi la campagne menée auprès des communautés pour l’abandon de l’excision, une pratique très répandue au Mali.

Au Mali, cette pratique affiche un taux de prévalence de 69% parmi les filles de 0 à 14 ans, 83% chez celles âgées de 10 à 14 ans et 49% chez les femmes de 15 à 49 ans.


LIRE AUSSI: Afrique: les excisions et les mutilations sexuelles en baisse


Grâce aux multiples initiatives, ce taux est en baisse dans plus de 100 villages d’intervention du Plan international Mali.
Outre les mutilations génitales, les mariages précoces ont aussi des conséquences néfastes sur la santé et l’éducation des jeunes filles.
Le 13/11/2018 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté