Fermer

Vidéo. Mali: les altermondialistes en sommet à Bamako

Mise à jour le 22/12/2018 à 09h43 Publié le 22/12/2018 à 09h39 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Mali: 13ème édition du forum des peuples
© Copyright : le360: Diemba Moussa Konaté

#Mali : La Coalition des alternatives africaines d’aide et développement (CAD-Mali), a tenu à Bamako sa 13e édition du forum des peuples, véritable tribune d'expression de la société civile pour évoquer les multiples causes de l’appauvrissement.


La coalition des alternatives africaines d’aide et développement (CAD-Mali), mouvement social d’alternative populaire, regroupe 103 organisations membres composées d’associations paysannes, d’association de femmes, de jeunes, de tradithérapeutes, d’opérateurs économiques, d’ONG, de syndicat et de plusieurs personnes engagées dans cette cause.

Lors de cette rencontre organisée en fin d'année, la CAD-Mali est restée fidèle à sa vision pour un monde démocratique plus juste, solidaire et respectueux des droits socioculturels, politiques et environnementaux dans lequel l’endettement des peuples se fera avec le consentement des citoyens.



Depuis 2002, le forum des peuples se réunit régulièrement en contre-sommet du G8 et du G20. Il s'agit surtout d'un espace d’action citoyenne contre la misère, avec un discours altermondialiste assumé.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: le mouvement "Les Africains se lèvent" pour un développement inclusif

Selon ses membres, la coalition vise à offrir aux différents mouvements issus de la société civile un cadre démocratique de sensibilisation sur les mécanismes d’appauvrissement des peuples du sud, engendrés par les violations des droits humains, la dette, le changement climatique, la migration et les conflits portés par les Etats du nord. 

Dans cette perspective, le forum des peuples s’est avant tout assigné le libre accès et la libre expression comme principe, son caractère démocratique et populaire constituant un véritable levier d’influence et de changement.
Le 22/12/2018 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté