Fermer

Vidéo. Mali: la seconde vie des peaux de moutons de l’Aïd el-Kébir

Mise à jour le 13/08/2019 à 15h29 Publié le 13/08/2019 à 14h50 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Vidéo. Mali: la seconde vie des peaux de moutons de l’Aïd el-Kébir
© Copyright : DR

#Mali : Les mentalités ont changé au Mali quant à la destinée des peaux de moutons de l’Aïd el-Kébir. Désormais, celles-ci, détournées de leur usage traditionnel, sont collectées pour leur revente et leur exportation vers la Chine et l’Europe.

Au Mali, à l’instar des autres pays musulmans, la fête de l’Aïd el-Kébir est synonyme de sacrifice du mouton. Ce sont ainsi plusieurs centaines de milliers de moutons qui ont été immolés cette année.

Ce sont aussi autant de peaux de moutons qui se retrouvent entre les mains des familles, dont une partie non négligeable se retrouve dans les décharges publiques.

Si auparavant, et c’est encore le cas dans certaines contrées du Mali, vendre la peau du mouton était très mal vue. Celle-ci servait surtout à confectionner des tapis de prière. Mais depuis, les mentalités ont évolué.


Désormais, notamment au niveau des grandes villes du pays, les peaux de moutons sont vendues à des collecteurs qui approvisionnent les unités de transformations. Celles-ci sont vendues entre 400 et 500 francs CFA, soit entre 0,6 et 0,76 euro la pièce.


LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: le business de l'exportation de peaux de mouton et vachette


Les unités de tannerie apportent les premières transformations aux peaux qui sont ensuite exportées en Europe (Italie, Allemagne, etc.) et en Chine, où les peaux de mouton sont retravaillées et deviennent du cuir pour des fauteuils, des sièges de véhicules, voire des costumes ou encore des chaussures.
Le 13/08/2019 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté