Fermer

Mali: violents affrontements entre groupuscules jihadistes au centre du pays

Mise à jour le 09/04/2020 à 09h52 Publié le 09/04/2020 à 09h18 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Société
djihadistes

Jihadistes sahéliens.

© Copyright : DR

#Mali : De violents combats ont opposé deux groupuscules jihadistes sahéliens affiliés aux deux grandes nébuleuses terroristes de la région sahélo-saharienne, Al Qaïda et l'Etat Islamique. L'enjeu est le contrôle des territoires du centre du Mali.

De violents combats se sont déroulés entre éléments de la Katiba Macina (KM-mouvement d’Amadou Koufa), membres du Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM-affilié à Al Qaida) et des combattants de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), branche de Daech en Afrique de l’Ouest. Ces combats ont eu lieu le mardi 7 avril à Bore, dans le cercle de Douenza (région de Mopti, centre du Mali), selon une information rapportée par des sources sécuritaires.

«Les combattants de l’Etat islamique au Grand Sahara ont reçu des renforts venus de la province de Soum (Burkina Faso). Un certain Abou Daoud dirigerait les opérations de la Katiba Macina (KM) dans la zone, et le rapport de force évolue en faveur de ce mouvement qui aurait infligé les plus grosses à son adversaire», souligne la source.

Cependant, le nombre de mort est également élevé dans les rangs de la Katiba Macina.


LIRE AUSSI: Sahel: "les djihadistes sont nés des décombres de la guerre civile algérienne", selon un expert d'ICG


Commentant ces combats meurtriers, Isselmou Mustapha Salihi, journaliste mauritanien, observateur attentif du phénomène de la violence jihadiste dans l’espace saharo-sahélien depuis une quinzaine d’années, parle, sur sa page Facebook, d’un enjeu «de contrôle des territoires et des populations à l’origine des récentes hostilités entre ces deux organisations jihadistes, qui cohabitaient plutôt bien ces dernières années, et qui coopéraient même par moments».

Il y a quelques semaines, des affrontements entre les mêmes protagonistes avaient eu lieu à Allaye, toujours dans le centre du Mali, dont plusieurs localités échappent au contrôle de Bamako.
Le 09/04/2020 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya