Fermer

Vidéo. Mali: réparation des carcasses de motos, une activité qui ne nourrit pas son homme

Mise à jour le 25/10/2020 à 20h16 Publié le 25/10/2020 à 19h58 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Société
Vidéo. Mali: réparation des carcasses de motos, une activité qui ne nourrit pas son homme
© Copyright : Le360 / Diemba Moussa Konaté

#Mali : La réparation des carcasses de motocycles est une activité de subsistance, difficile et mal rémunérée, à laquelle s'accrochent pourtant beaucoup de jeunes.


On les aperçoit un peu partout au bord des artères principales de la capitale malienne. Il s’agit des réparateurs des carcasses des motocycles, plus communément appelés "colleurs de façades" de motos Jakarta.

La moto Jakarta, qui tire son nom de la capitale Indonésienne, est arrivée au Mali à partir des années 1999-2000. Les façades de ces engins à deux roues sont essentiellement constituées de matière plastique qui se brise en mille morceaux au moindre choc. Or, les accidents, ce n'est pas ce qui manque, puisque ces motos sont devenues le moyen de transport le plus utilisé dans la capitale malienne.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: Mory Bagayoko, l'as du stylo à bille

Quand ce type de moto venait d'arriver sur les bords du fleuve Niger, l'activité de réparation des carcasses était plutôt rentable, mais ce n'est plus le cas, notamment à cause de l'importation de pièces de rechanges neuves à moindre coût.

Néanmoins, certains préfèrent se rendre encore chez le réparateur du coin, notamment parce que plus la moto paraît neuve, plus elle attire la convoitise des voleurs.


>>>LIRE AUSSI: Vidéo. Mali: les enseignants regrettent le «symbole» dans les écoles

Cette activité n'est malheureusement pas sans risque, puisque les réparateurs de façades sont exposés aux maladies pulmonaires, à cause des gaz émanant des plastiques fondus qui constituent la base de leur bricolage.

 

Le 25/10/2020 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté