Fermer

La BAD et le Japon mobilisent 3 milliards de dollars pour l’Afrique

Mise à jour le 27/08/2016 à 09h05 Publié le 27/08/2016 à 09h00 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
TICAD
© Copyright : DR

#Maroc : La BAD et le Japon ont signé un accord portant sur un financement de 3 milliards de dollars au profit du secteur privé en Afrique. Les ressources seront consacrées à la fois aux infrastructures économiques et sociales dans la perspective de soutenir la croissance et lutter contre la pauvreté.

La Banque africaine de développement (BAD) et le Japon ont annoncé, ce 26 août 2016, la conclusion d’un accord visant à fournir 3 milliards de dollars au profit du développement du secteur privé africain sur les trois années à venir. Il s’agit de fonds qui vont être fournis dans le cadre de la troisième phase de l’Initiative renforcée d’Assistance au secteur privé de l’Afrique (EPSA), un cadre de partenariat liant les deux parties.

Annoncée à l’occasion de la première Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) qui se tient sur sol africain, ce financement portera sur les infrastructures économiques (transport, énergie, etc.) et les infrastructures sociales (santé, éducation, nutrition, etc.).

«La BAD et le Japon sont convenus aujourd’hui d’accélérer l’initiative conjointe EPSA, qui est au cœur de notre partenariat de longue date, pour aider à stimuler une croissance induite par le secteur privé en Afrique», a déclaré le Secrétaire d’État japonais aux Finances, Taku Otsuka.

Le Japon prévoit d’y apporter 1,5 milliard de dollars en trois ans, par l’intermédiaire de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA). La BAD, pour sa part, va contribuer avec un financement au moins équivalent. En outre, Tokyo envisage une allocation supplémentaire spéciale, d’un montant pouvant atteindre 300 millions de dollars, pour cofinancer avec la BAD des projets aidant les pays d’Afrique à accéder aux meilleures technologies disponibles en matière de combustion propre de charbon et à faibles émissions de carbone.
Le 27/08/2016 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet