Fermer

Financement des Start-up: BAD et BEI lancent Boost Africa

Mise à jour le 21/11/2016 à 18h25 Publié le 21/11/2016 à 17h51 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet

#Economie
Entrepreneurship
© Copyright : DR

#Maroc : La Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque africaine de développement (BAD) veulent relever le défi de l’innovation en Afrique en accompagnant la création et l’émergence des start-up. On prévoit jusqu’à 1 milliard d’euros d’investissement au profit de 1.500 jeunes entreprises.

Abidjan a accueilli lundi 21 novembre, le lancement d’une importante initiative visant à accompagner 1.500 PME africaines durant les prochaines années. Portée par la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque européenne d’investissement (BEI), l’initiative nommée Boost Africa, compte ainsi ouvrir le cordon de la bourse au profit de jeunes entreprises innovantes coupées de tout soutien avec le système financier.

«Cette initiative contribuera à renforcer l’essor, en Afrique, d'un écosystème d’entreprise efficace en soutenant, de façon durable et économiquement viable, les étapes les plus précoces et les plus risquées de la chaîne de valeur entrepreneuriale», indiquent les deux institutions dans un communiqué commun, remplaçant un système financier peu intéressé par ce segment de l’activité économique.

LIRE AUSSI :
Création du Club africain des entrepreneurs pour plaider la cause des PME en Afrique

Lancement du fonds Teranga Capital dédié aux PME sénégalaises


L’objectif recherché, a relevé Akinwumi Adesina, président de la BAD, se situe à plusieurs niveaux. Il s’agit de contribuer à la création d’entreprises performantes et innovantes, capables de faire face à la concurrence régionale et internationale, d’attirer des investissements nationaux et étrangers, de créer de nouveaux emplois de qualité et de contribuer à une croissance économique durable et inclusive.

Boost Africa jouit d’une enveloppe de départ de 150 millions d’euros et devrait mobiliser jusqu’à un milliard d’euros en investissements supplémentaires et soutenir plus de 1.500 jeunes entreprises et PME sur l’ensemble du continent, notent les deux structures.

LIRE AUSSI :
Un sommet de l’entrepreneuriat panafricain des start-up au Burkina Faso

African Entrepreneurship Award: 22 pays africains représentés dans la phase finale


De façon concrète, les jeunes pousses bénéficieront d’un programme d'investissement qui consiste en des prises de participation dans des fonds de capital d'amorçage notamment, d’un mécanisme d'assistance technique qui regroupe des aides non remboursables favorisant un renforcement des capacités et enfin d'une plate-forme de soutien à l’écosystème entrepreneurial qui sera mise en place afin de susciter l’innovation, l’incubation et l’encadrement des idées prometteuses.

La BEI et la Bad étendent ainsi leur périmètre d'investissement à des projets généralement considérés comme peu matures et trop risqués pour le système financier traditionnel mais néanmoins essentiels pour favoriser l’esprit d'entreprise et l’innovation à fort impact. Il s’agit donc bien là d’un des chaînons qui manquait jusqu'ici aux économies africaines, conviennent bien les experts.
Le 21/11/2016 Par notre correspondant à Abidjan Georges Moihet